Cet article date de plus de neuf ans.

Vidéo Au Nigéria, survivantes de Boko Haram et les familles attendent le retour des jeunes filles

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Au Nigéria, survivantes de Boko Haram et les familles attendent le retour des jeunes filles (MARTINE LAROCHE-JOUBERT et ANNIE TRIBOUART - FRANCE 2)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Des jeunes femmes victimes de précédentes attaques de Boko Haram sur Abuja témoignent devant la caméra de France 2 pour les jeunes lycéennes kidnappées.

La capitale du Nigéria, Abuja, est devenue une cible de plus en plus visée par le groupe terroriste islamiste Boko Haram, mais elle n'est pas la seule. Des membres de l'organisation islamiste armée ont lancé une attaque, vendredi 16 mai, contre un site chinois d'activité industrielle dans le nord du Cameroun et auraient enlevé une dizaine de personnes. Le rapt des 200 lycéennes dans la région frontalière du Nigeria provoque l'émotion d'une partie de la communauté internationale.

"Ceux qui les détiennent tuent des gens innocents"

A Abuja, les familles manifestent tous les jours pour le retour des jeunes filles, et parmi elles, une jeune femme, victime de l'attaque d’août 2011 sur un bâtiment de l'ONU. Elle demande l'arrêt des attentats et avec les terroristes. .

Une autre jeune fille, victime d'un des deux attentats de la gare routière, le 14 avril 2014 à Abuja, qui a fait 70 morts et celui du 1er mai qui a fait vingt victimes, témoigne sur son lit d'hôpital, devant la caméra de France 2 : "Je me sens vraiment mal pour elles, ceux qui les détiennent tuent des gens innocents", dit-elle en témoignage aux lycéennes kidnappées. Les contrôles sont renforcés dans la capitale nigériane par crainte de nouvelles violences de Boko Haram

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.