Coup d’état au Niger : l’évacuation des ressortissants, une opération à haut risque

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Coup d’état au Niger : l’évacuation des ressortissants, une opération à haut risque
Coup d’état au Niger : l’évacuation des ressortissants, une opération à haut risque Coup d’état au Niger : l’évacuation des ressortissants, une opération à haut risque (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - M. Boisseau, K. Prévost, D. Bonnet, A.-F. Lespiaut, L. Barbier
France Télévisions
France 2
Les évacuations des ressortissants français se font en coordination avec les forces nigériennes. La France a déjà été plusieurs fois confrontée à cette situation lorsque le contexte l’exigeait. Comment s’organisent ces évacuations ?

Évacuation du Soudan depuis l’aéroport de Khartoum (Soudan) en avril dernier dans un contexte de guerre civile, ou bien en Afghanistan après la prise de pouvoir des talibans. Les armées françaises ont l’habitude de ces évacuations, souvent menées dans des situations plus délicates que dans la journée du 1er août à Niamey (Niger). Depuis dimanche, aucun incident notable n’a été signalé. “Il y a toujours un risque de quelque chose qui déraille. Mais, on n'est pas dans une logique de guerre civile”, explique Emmanuel Dupuy, consultant en défense et sécurité.  

Certaines consignes de sécurité à respecter 

Contrairement à ceux d’Afghanistan, les Français au Niger ont pu rejoindre l’aéroport par leurs propres moyens, en respectant certaines consignes de sécurité. “Le but pour nous est d’être le moins visible possible, le plus nigérien possible”, précise Anthony Couzian-Marchand, directeur de l’entreprise de sécurité Gallice. Le dispositif est dirigé depuis un centre de crise, au ministère des Affaires étrangères.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.