Cet article date de plus de neuf ans.

L'Afrique de l'ouest se prépare à envoyer 3 300 soldats au Mali

Des dirigeants africains réunis dimanche au Nigeria se sont prononcés en faveur de l'envoi de cette force internationale pendant un an. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Défilé de soldats à l'occasion des célébrations de l'anniversaire de l'indépendance, à Bamako, au Mali, le 22 septembre 2012. (HABIBOU KOUYATE / AFP)

MALI – Un pas de plus vers une intervention militaire au Mali ? Des dirigeants africains, réunis dimanche 11 novembre à Abuja (Nigeria), se sont prononcés en faveur de l’envoi d’une force de "3 300 soldats", "pour une durée d’un an", afin de reconquérir le nord du pays occupé par des groupes islamistes armés.

Trois groupes islamistes occupent totalement le nord du Mali depuis fin juin : Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Ansar Dine et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao).

Un feu vert de l'ONU fin novembre ?

Les 3 300 soldats proviendraient prioritairement des 15 pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), dont la Côte d'Ivoire. "Nous avons des pays qui offrent des bataillons, d’autres des compagnies (...). Il y a, bien sûr, le Nigeria, le Sénégal, le Niger, le Burkina Faso, nous avons également des pays comme le Ghana (...), le Togo", a déclaré le président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, à l'issue du sommet de la Cédéao à Abuja.

Alassane Ouattara a également mentionné d’autres pays non membres : "Le Tchad, également, pourrait participer" et "nous avons eu des contacts avec d’autres pays : la Mauritanie, l’Afrique du Sud", a-t-il précisé. Le président ivoirien a dit espérer que le Conseil de sécurité des Nations unies donnerait son feu vert à une intervention internationale fin novembre ou début décembre.

Samedi, les ministres français et allemand des Affaires étrangères, Laurent Fabius et Guido Westerwelle, ont appelé l’Union européenne à soutenir "le déploiement et l’engagement d’une force internationale au Mali", dans une tribune publiée par Le Figaro. Une mission européenne d’entraînement des forces africaines au Mali, qui pourrait mobiliser 200 militaires, sera discutée par les ministres de la Défense et ceux des Affaires étrangères de cinq pays européens, le 15 novembre à Paris.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mali

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.