Kenya : un célèbre militant américain contre le trafic d'ivoire est mort poignardé

Le géographe américain de 76 ans est mort après avoir été poignardé au cou dimanche soir dans sa maison de Karen, une banlieue chic de Nairobi.

Esmond Martin à Nairobi (Kenya), le 22 mars 2002.
Esmond Martin à Nairobi (Kenya), le 22 mars 2002. (KHALIL SENOSI/AP/SIPA / AP)

L'expert mondial du trafic d'ivoire, Esmond Martin, auteur de nombreux rapports luttant contre le braconnage des éléphants, a été tué à son domicile au Kenya, a annoncé lundi 5 février, la police. Le géographe américain de 76 ans qui vivait depuis des décennies au Kenya, est mort après avoir été poignardé au cou dimanche soir dans sa maison de Karen, une banlieue chic de Nairobi.

"La police a été appelée parce qu'il y avait une activité inhabituelle à sa maison de Karen, mais quand elle est arrivée elle n'a rien trouvé parce que la maison était fermée. On a retrouvé plus tard son corps avec des blessures à l'arme blanche et nous essayons d'établir qui l'a tué et pourquoi", a déclaré le chef de la police de Nairobi. Une enquête a été ouverte, a précisé le chef de la police qui a annoncé l'arrestation de quatre personnes, sans donner aucun détail sur leur identité.

Assassiné pour son engagement ?

Les enquêtes d'Esmond Martin, souvent co-écrites avec Lucy Vigne, ont contribué à la décision l'an passé de la Chine de fermer son marché légal de l'ivoire, selon Paula Kahumbu, la directrice de Wildlife Direct, une organisation de protection des animaux.

Esmond Martin travaillait à un nouveau rapport touchant au rôle croissant de la Birmanie dans le trafic illégal d'animaux sauvages, quand il a été tué. Il n'était pas possible de déterminer immédiatement si sa mort est liée à son engagement.

Le braconnage aurait coûté la vie à 110 000 éléphants sur la décennie écoulée. Les chiffres les plus récents, pour 2016, montrent que le commerce illégal d'ivoire continue à être florissant, avec un nombre record de saisies malgré un déclin du braconnage.