Cet article date de plus de six ans.

Hélicoptère, jets de projectiles et gaz lacrymogènes... La qualification chaotique du Ghana pour la finale de la CAN

La demi-finale entre le Ghana et la Guinée (3-0) a été le théâtre de scènes de chaos.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'hélicoptère de la gendarmerie guinéenne survol le terrain, le 5 février 2015 lors de la demi-finale entre le Ghana et la Guinée Equatoriale à Malabo (Guinée équatoriale). (ISSOUF SANOGO / AFP)

Il n'était pas prévu au programme. Un hélicoptère de la gendarmerie guinéenne a dû intervenir jeudi 5 février à Malabo (Guinée équatoriale) pour séparer les supporters des deux camps à dix minutes de la fin de la demi-finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN). Le Ghana l'a finalement emporté 3-0, au terme d'une rencontre plus disputée dans les tribunes que sur le terrain.

Les choses ont dégénéré dès la mi-temps : l'arbitre et les joueurs ghanéens ont regagné les vestiaires escortés par les forces de l'ordre pour éviter les projectiles lancés par le public. Les supporteurs du Nzalang Nacional, particulièrement bouillants dès le coup d'envoi, n'ont en effet pas digéré le penalty sifflé par le directeur de jeu à la 41e minute en faveur de Black Stars et transformé par Jordan Ayew.

Une interruption de 35 minutes

Le retour des vestiaires n'a pas calmé le public malgré les appels du speaker et ses menaces d'interruption du match. La rencontre a totalement dégénéré après la sortie imprévue des fans du Ghana de leur tribune à dix minutes du coup de sifflet final pour éviter des affrontements avec les supporteurs locaux. Massés derrière l'un des buts tout en étant protégés des jets de bouteilles par les forces de l'ordre, ils ont alors contraint l'arbitre gabonais Eric Otogo à interrompre la partie.

Des policiers évacuent une tribune, le 5 février 2015 lors de la demi-finale entre le Ghana et la Guinée Equatoriale à Malabo (Guinée équatoriale). (ISSOUF SANOGO / AFP)

La police, aidée d'un hélicoptère de la gendarmerie, a alors chargé et évacué une large partie du stade, usant notamment de gaz lacrymogènes. Il a fallu plus de 30 minutes avant qu'un calme assez précaire revienne. Les Ghanéens ont été placés dans une tribune opposée, à l'abri des représailles des fans locaux, extrêmement remontés. Le match a ensuite repris pour seulement deux petites minutes, scellant la qualification du Ghana au terme d'une soirée qui ternit pour de bon l'image de cette Coupe d'Afrique.

Cinq jours après la qualification controversée de la Guinée Équatoriale contre la Tunisie (2-1, a.p.) marquée par une grossière erreur d'arbitrage qui a valu à l'arbitre une suspension de six mois, ce match n'a pas été la meilleure des publicités pour l'organisateur ni pour la CAN. Il faudra voir quelle sera l'attitude de la CAF vis-à-vis d'un pays qui l'a sorti d'une très mauvaise passe en prenant mi-novembre le relais du Maroc après sa défection pour cause de virus Ebola.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.