Vidéo: l’Ethiopie rêve de retrouver sa forêt

L’Ethiopie a été victime d’une déforestation sauvage durant un siècle. 90% de la forêt a disparu, accélérant les périodes de sécheresse sévère. Aujourd’hui, le pays est engagé dans un vaste plan de reboisement.

Opération de reboisement menée par l\'ONG Green Ethiopia.
Opération de reboisement menée par l'ONG Green Ethiopia. (Green Ethiopia)

Le processus de déforestation est dû à de multiples raisons qu’on retrouve dans d’autres pays: la production de bois d'œuvre, le défrichement pour l'agriculture (et notamment pour la production d'animaux d'élevage), l'abattage pour le bois de chauffage et le charbon de bois. On peut aussi ajouter les incendies, la sécheresse, l'extraction à ciel ouvert, la pollution, le développement urbain, la pression démographique et les guerres.

En Ethiopie, l’évolution agraire a, à la fois, cherché plus de terres à cultiver et intensifié l’élevage. Ainsi, après 1974, le café a progressivement remplacé les arbres. Selon le site le Webpedagogique, il s’agit d’«une déforestation qui tient surtout en deux mots, démographie et pauvreté». Une population estimée à 80 millions d’habitants qui a besoin de terres pour se nourrir. «Et syndrome de pays pauvre, où la moitié de la population survit, le bois est le principal combustible des ménages, qui s’en servent pour cuisiner.»

Le pays perd chaque année 141.000 hectares de forêt naturelle. Entre 1990 et 2005, 14% du couvert forestier (plus de 2 millions d’hectares) ont disparu.
L'Ethiopie, qui était couverte à 60% de forêts en 1940, ne le serait plus qu’à 2,5% aujourd'hui.

Voir la vidéo

Mais depuis une dizaine d’années, les autorités éthiopiennes ont lancé un vaste plan de reboisement. Citoyens, agriculteurs, coopératives, ONG... tout le monde plante. En 2005, le couvert forestier a augmenté de 4%, puis de 9% en 2010. Ainsi la fondation Green Ethiopia vise à améliorer les conditions de vie de la population en replantant des arbres. L’objectif des plantations est de combattre l’érosion des terres et retenir l'eau. Or, qui dit eau dit culture et promet un avenir meilleur aux paysans.

Une opération menée de A à Z, qui commence par le travail en pépinière et sur les zones à reboiser. Aujourd'hui, l'ONG en est à 20 millions d'arbres plantés.