VIDEO. Egypte : affrontements meurtriers entre pro et anti Morsi

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, vendredi. Les uns pour soutenir le président islamiste. Les autres pour réclamer son départ. Trois personnes, dont un étudiant américain, ont été tuées.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, vendredi 28 juin, en Egypte. Les uns pour soutenir le président islamiste Mohamed Morsi, élu il y a juste un an. Les autres pour réclamer sa démission. Ces manifestations rivales ont viré à l'affrontement. Trois personnes sont mortes et plusieurs permanences des Frères musulmans, le parti dont est issu le chef de l'Etat, ont été attaquées à travers le pays.

A Alexandrie, les affrontements ont fait deux morts, dont un étudiant américain, poignardé alors qu'il filmait la manifestation, selon des témoins. Un troisième homme est mort et quinze autres personnes ont été blessées par l'explosion d'une grenade artisanale au cours d'une manifestation à Port Saïd, à l'entrée du canal de Suez. Au Caire enfin, plusieurs centaines de partisans des deux camps ont établi des campements à différents endroits de la capitale. 

La pétition anti-Morsi revendique 22 millions de signatures

Samedi, l'Egypte a retrouvé le calme. Mais la tension reste à son comble à la veille de manifestations de l'opposition. Les opposants espèrent rassembler des millions de personnes et ont déjà fait une démonstration de force, samedi. Les organisateurs de la campagne Tamarrod (rébellion en arabe) qui réclame la démission de Mohamed Morsi, ont affirmé que leur pétition avait recueilli plus de 22 millions de signatures. Un chiffre supérieur à celui des 13,23 millions d'électeurs ayant voté pour Mohamed Morsi, dans ce pays de plus de 80 millions d'habitants.

Des manifestants hostiles au président islamiste Mohamed Morsi attaquent un local des Frères musulmans, le 28 juin 2013 à Alexandrie (Egypte).
Des manifestants hostiles au président islamiste Mohamed Morsi attaquent un local des Frères musulmans, le 28 juin 2013 à Alexandrie (Egypte). (STRINGER / ANADOLU AGENCY / AFP)