Egypte : après l'attentat dans le Sinaï, l'aviation frappe des cibles "terroristes"

Le président égyptien a promis de répondre avec "une force brutale" après l'attentat qui a tué au moins 235 personnes dans une mosquée de l'est du pays.

La mosquée ciblée par l\'attentat, le 24 novembre 2017 à Bir Al-Abed (Egypte).
La mosquée ciblée par l'attentat, le 24 novembre 2017 à Bir Al-Abed (Egypte). (STRINGER / ANADOLU AGENCY / AFP)

Après l'attentat, la riposte. L'aviation égyptienne "a détruit plusieurs véhicules utilisés dans l'attaque" contre une mosquée de l'est de l'Egypte, a annoncé l'armée dans la nuit du vendredi 24 au samedi 25 novembre. Cet attentat, le plus sanglant de l'histoire récente du pays, a fait au moins 235 morts dans la mosquée Al-Rawda de Bir Al-Abed, dans le Sinaï.

>> Ce que l'on sait de l'attentat dans une mosquée au Sinaï

L'armée de l'air a également "ciblé plusieurs foyers terroristes contenant des armes et des munitions", a déclaré un porte-parole. Le président Abdel Fattah Al-Sissi a promis de répondre avec "une force brutale" à cet attentat. "Les forces armées et la police vengeront nos martyrs", a assuré le chef de l'Etat. Ses services ont déclaré trois jours de deuil national après cette attaque rarissime contre une mosquée.

La branche locale de l'EI soupçonnée

S'il n'a pas encore été revendiqué, cet attentat a tout d'une opération jihadiste. La branche égyptienne du groupe Etat islamique mène régulièrement des attaques contre les forces de sécurité dans la péninsule du Sinaï, qui borde Israël et la bande de Gaza palestinienne.

La précédente attaque la plus meurtrière en Egypte remonte à octobre 2015, lorsqu'un attentat à la bombe revendiqué par la branche égyptienne de l'Etat islamique avait coûté la vie aux 224 occupants d'un avion russe après son décollage de Charm el-Cheikh, station balnéaire du Sinaï.