Burkina Faso : le président destitué "remis en selle mercredi"

C'est ce qu'a déclaré le général putschiste Gilbert Diendéré. Les chefs d'Etat et de gouvernement de la Cédéao, réunis mardi en sommet extraordinaire, ont dépêché une délégation de dirigeants "pour rétablir Michel Kafando dans ses fonctions de président de la transition au Burkina Faso".

Michel Kafando, le président de la transition au Burkina Faso, à Abidjan (Côte d\'Ivoire), le 31 juillet 2015.
Michel Kafando, le président de la transition au Burkina Faso, à Abidjan (Côte d'Ivoire), le 31 juillet 2015. (ISSOUF SANOGO / AFP)

Vers une sortie de crise au Burkina Faso ? Le général putschiste Gilbert Diendéré a déclaré, mardi 22 septembre, que Michel Kafando, le président burkinabé destitué par les putschistes le 17 septembre, sera "remis en selle" mercredi. Ce dernier a été libéré lundi par les putschistes après plusieurs jours de séquestration.

"Kafando, c'est déjà acté. Les chefs d'Etat [de la Cédéao, Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest] arrivent demain [à Ouagadougou, la capitale burkinabé] pour le remettre en selle. Théoriquement, c'est moi qui vais les accueillir demain [à l'aéroport] et Kafando les raccompagnera après", a affirmé le général Diendéré, le chef du Régiment de sécurité présidentiel (RSP).

Retour en caserne, décide la Cédéao

"La Cédéao a décidé qu'on soit cantonné. Cela veut dire le retour de tous nos hommes qui sont dehors en caserne et de remettre l'armement dans les magasins. C'est une décision de la Cédéao, on n'y peut rien", a-t-il ajouté. "Les autres [armée loyaliste] qui sont venus de l'intérieur du pays doivent reculer de 50 km", a-t-il précisé.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de la Cédéao, réunis mardi en sommet extraordinaire à Abuja au Nigeria, "ont appelé la garde présidentielle à déposer les armes et demandé aux autres unités de l'armée de ne pas faire usage de la force pour éviter des pertes en vies humaines", selon le président de la commission de la Cédéao, Kadré Désiré Ouédraogo.

Ils ont également décidé de "dépêcher" mercredi une délégation de chefs d'Etat "pour rétablir Michel Kafando dans ses fonctions de président de la transition au Burkina Faso".