Cet article date de plus de sept ans.

La mort du seul maire communiste de l'Algérie française

René Justrabo, «premier et seul maire communiste» de l’Algérie française, en l’occurrence de la ville de Sidi Bel Abbès (nord) de 1947 à 1953, est mort le 6 août 2013 à Dijon à l’âge de 96 ans, rapporte le journal algérien El Watan. Ancien instituteur, il se disait «fier de n’avoir jamais tiré un coup de feu» pendant la guerre qui a abouti à l’indépendance du pays.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats français fouillent des Algériens à une quarantaine de kilomètres d'Alger, le 26 avril 1956. (AFP - Intercontinentale)
Né à Mascara (centre de l'Algérie) en 1917, il a d'abord enseigné à Dijon avant de revenir dans son pays natal. «Fervent militant anticolonialiste» et membre du Parti communiste algérien, rappelle le site du quotidien Le Bien Public, il devient maire de Sidi Bel Abbès en 1947. «Il fut à l'origine des plus importantes infrastructures sociales de la ville en y créant le centre de santé, le conservatoire communal, l'hôpital», constate El Watan. En 1948, il entre à l'Assemblée algérienne.

En 1954, la guerre débute en Grande Kabilye et dans les Aurès.

L'année suivante, René Justrabo démissionne de l'Assemblée algérienne. Il applique ainsi la décision du PCA de quitter toutes les assemblées «afin de soutenir la lutte armée (...) pour l'indépendance», rappelle L'Humanité.

Selon cette source, en 1956, il est expulsé de Sidi Bel Abbès par l'administration française avant d'être interné au camp de Lodi, à une centaine de kilomètres au sud-ouest d'Alger. «Des centaines de Pieds Noirs, sympathisants de l'indépendance, (y) ont été arrêtés et détenus de façon arbitraire pendant des années», raconte la journaliste Nathalie Funès, cité par Le Nouvel Observateur. L'enseignant était «fier» de pouvoir dire qu'il n'avait «jamais tiré un seul coup de feu» pendant le conflit.

En 1967, il est expulsé d'Algérie. Après l'indépendance, acquise en 1962 avec les accords d'Evian, il était revenu à Sidi Bel Abbès et y avait enseigné jusqu'en 1963. Il s'était ensuite installé à Dijon.

Des membres du Parti communiste algérien, internés dans le camp de Lodi (document non daté). (AFP - Photo12)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.