9 millions de tonnes de plastiques jetées à la mer par an

Une récente étude publiée par la revue «Science» révèle que la pollution de la mer par les plastiques est bien plus importante que ce qu'on pensait. On estime que neuf millions de tonnes de produits en plastique jonchaient les côtes mondiales en 2010. Pollution visible dont on ne mesure pas encore les effets sur la chaîne alimentaire des océans.

Entre 4 et 12 millions de tonnes de déchets plastiques ont été jetés à la mer en 2010.
Entre 4 et 12 millions de tonnes de déchets plastiques ont été jetés à la mer en 2010. (AFP)

Le plastique est une plaie moderne. En 2010, cela représentait 11% de la quantité totale des déchets de la planète, avec 275 millions de tonnes ! Un chiffre qui, selon les experts, devrait doubler dans dix ans. Car la production de plastique ne cesse de croître. 288 millions de tonnes en 2012, six fois plus qu’en 1975.
 
Selon la revue Science, entre 4 et 12 millions de tonnes de déchets plastiques ont été jetés à la mer pour cette seule année 2010. Soit entre 1,5 et 4,5% de la production mondiale annuelle.
Cette masse permettrait de souiller chaque mètre de littoral de cinq cabas de débris provenant de bouteilles, sac, jouets, emballages…
 
Selon la responsable de l’étude, Jenna Jambeck, citée par Irish Times, on ignore où se trouvent 99% des plastiques. Le fameux «7e continent», cet amas de plastiques qui forme comme une île flottante, frappe les esprits. Pourtant, cela ne représente que 250.000 tonnes. L’essentiel de la pollution, soit dix à mille fois plus, doit se trouver au fond des océans ou dans la glace de l’Arctique.
 
Si la Chine est le plus gros pollueur (le tiers des déchets plastiques), les cinq premiers du classement sont des pays asiatiques. A eux cinq, ils sont responsables de la moitié de la pollution des océans. Quant à l’Occident, le premier pays pollueur, les Etats-Unis, n’arrive que vingtième
 
Les scientifiques ignorent également les conséquences de cette pollution sur la vie marine.
Selon Marcus Eriksen, chercheur du Five gyres Institute, cité par Le Monde, ces plastiques peuvent «concentrer les polluants organiques et altérer le fonctionnement des chaînes alimentaires». On sait aussi par d’autres études que la faune ingère des plastiques, provoquant des empoisonnements ou des suffocations.