Sécheresse : dans les Bouches-du-Rhône, les pompiers sont sur le qui-vive

Le département est habitué aux incendies l'été. France 2 a suivi la préparation des marins-pompiers de Marseille. 

France 2

Dans les Bouches-du-Rhône, département habitué aux feux de forêt l'été, les marins-pompiers sont constamment sur le qui-vive. France 2 a suivi les marins-pompiers de Marseille.

A la moindre alerte, l'hélicoptère bombardier d'eau décolle, prêt à larguer au plus vite. Ce dimanche 26 juillet, il effectue un vol de surveillance au-dessus des massifs marseillais : 10 000 hectares, très exposés aux incendies, avec des habitations juste à côté.

La réactivité, une règle d'or

120 pompiers sont mobilisés en renfort, dont 15 postés dans le massif de l'Etoile. "On est un dispositif préventif, en attendant soit qu'il y ait un départ de feu, soit qu'on nous appelle quelque part", explique le second maître Edouard Bonnet. Avec la chaleur et le vent, le risque incendie est jugé sévère, niveau 4 sur 6. Un simple mégot pourrait entraîner un feu. Alors en cas d'alerte, la règle d'or, c'est la réactivité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les pompiers luttent contre un incendie de pinède, à Saint-Jean-d\'Illac (Gironde), le 24 juillet 2015.
Les pompiers luttent contre un incendie de pinède, à Saint-Jean-d'Illac (Gironde), le 24 juillet 2015. (MAXPPP)