Sécheresse : 55 départements concernés par les restrictions d'eau

En tout, 105 arrêtés ont été pris et sont toujours en cours pour inciter ou obliger les particuliers et professionnels à économiser l'eau.

Des vignes brûlées par la canicule, le 1er juillet 2019 aux abords de Montpellier (Hérault).
Des vignes brûlées par la canicule, le 1er juillet 2019 aux abords de Montpellier (Hérault). (MAXPPP)

Vous comptiez arroser votre pelouse ? Prudence. Cinquante-cinq départements français sont désormais concernés par les restrictions d'eau en raison de la sécheresse, selon le site gouvernemental Propluvia, samedi 13 juillet. Vingt départements sont en situation de "crise" avec des mesures d'économies d'eau importantes pour les professionnels et les particuliers.

Les 20 départements placés en situation de crise sont la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, la Vendée, les Deux-Sèvres, la Vienne, l'Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher, l'Indre, l'Eure-et-Loir, le Loiret, le Cher, l'Allier, la Creuse, le Puy-de-Dôme, la Côte-d'Or, le Lot, le Tarn-et-Garonne, le Gers, la Haute-Garonne et le Tarn. Dans ces départements, "seuls les prélèvements permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité)".

Quinze départements sont placés en alerte renforcée, avec une réduction des prélèvements à des fins agricoles et une limitation plus forte des prélèvements pour l'arrosage des jardins et espaces verts. Il s'agit de la Mayenne, la Sarthe, la Charente-Maritime, la Charente, la Haute-Vienne, le Lot-et-Garonne, l'Aveyron, l'Aude, les Pyrénées-Orientales, l'Hérault, le Gard, l'Ardèche, le Rhône, l'Isère et l'Ain.

Le niveau des nappes en-dessous des moyennes

Vingt départements sont en alerte, avec des mesures moins restrictives pour les professionnels et les particuliers. Il s'agit du Val-de-Marne, du Pas-de-Calais, du Nord, de la Seine-Maritime, de l'Oise, de l'Eure, de l'Yonne, de la Nièvre, de la Saône-et-Loire, du Jura, du Doubs, de la Haute-Saône, du Territoire de Belfort, des Vosges, de la Loire, de la Haute-Loire, du Cantal, de la Drôme, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques.

Huit départements sont enfin en vigilance, sans mesures de restrictions mais où les particuliers et les professionnels sont incités à faire des économies d'eau. C'est le cas de la Somme, de l'Ille-et-Vilaine, de la Corrèze, du Vaucluse, de la Savoie, du Var, de la Haute-Corse et de la Corse du Sud. En tout, 105 arrêtés ont été pris et sont toujours en cours pour inciter ou obliger les particuliers et professionnels à économiser l'eau.

Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) indiquait jeudi qu'au 1er juillet les niveaux des nappes phréatiques "se situent généralement autour ou en-dessous des niveaux moyens des mois de juin", à l'exception de la Corse, mieux lotie. La tendance à la baisse du niveau des nappes souterraines s'est "fortement accélérée au cours du mois de juin", un phénomène "pas totalement inhabituel" pour ce début de période estivale mais "tout de même précoce", soulignait le service géologique national.