Épisode de gel : un fonds d'aide "pas suffisant" mais nécessaire, pour le président de la chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne

Serge Bousquet-Cassagne relaie le "sentiment d'impuissance" des arboriculteurs face "aux leçons de la nature".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des fleurs de prunier gelées (illustration). (JENS BUETTNER / DPA)

Le fonds d'aide d'urgence de 20 millions d'euros annoncé mardi par Jean Castex et mis en place pour soutenir les exploitations agricoles touchées par l'épisode de gel du week-end dernier "n'est pas suffisant", a estimé Serge Bousquet-Cassagne, président de la chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne, mercredi 6 avril sur franceinfo. Dans son département, "la perte au niveau des prunes à pruneau est estimée à 5 millions d'euros". "Mais à l'impossible nul n'est tenu, on sait qu'il y a des contraintes budgétaires", a nuancé Serge Bousquet-Cassagne, pour qui l'aide annoncée est nécessaire.

>> Le président de la gouvernance économique des fruits et légumes est plutôt "optismiste" concernant les pêches et les abricots, moins pour d'autres fruits comme les prunes

"Il faut aider les agriculteurs, parce que beaucoup ne se relèveront pas, à se mettre en branle pour que les plus fragiles puissent passer le cap et voir 2023 d'une meilleure façon", a-t-il poursuivi, dénonçant un épisode de gel "plus catastrophique" encore que celui de 2021 qui avait déjà été "très sévère". "L'an dernier nous avons prétendu aux aides de l'État et nous allons recommencer cette année, à prendre et à distribuer tout ce qu'on voudra bien nous donner", a ajouté le président de la chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne.

La prune à pruneau, principale production du département, "a été ravagée à plus de 90% voire 100%", a déploré Serge Bousquet-Cassagne.

"Il n'y a plus de fruits sur les pruniers, on ne sait pas ce qu'on pourra vendre, ni quel prix on mettra en face, parce qu'il n'y aura plus rien."

Serge Bousquet-Cassagne, président de la chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne

à franceinfo

"Les arboriculteurs ont fait tout ce qu'ils avaient à faire et, malgré tout, l'échec est là", a constaté Serge Bousquet-Cassagne, évoquant leur "sentiment d'impuissance" face "aux leçons de la nature" et à "la catastrophe" que représente cet épisode de gel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vague de froid

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.