Philippines : cinq secouristes tués pendant le passage du typhon Noru

Accompagné de vents à 195 km/h, il s'agit du typhon le plus puissant enregistré en 2022 dans le pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un homme dans une rue inondée de San Mateo, dans la province de Rizal, aux Philippines, après le passage du typhon Noru, le 26 septembre 2022. (JAM STA ROSA / AFP)

Cinq secouristes sont morts pendant le passage du typhon Noru aux Philippines. Ils se trouvaient dans un village inondé, ont annoncé, lundi 26 septembre, les autorités. "Ils avaient été déployés par le gouvernement provincial dans une zone inondée", à Santa Maria, a dit le lieutenant-colonel Romualdo Andres, chef de la police de la municipalité de San Miguel, près de Manille. Selon le responsable des catastrophes naturelles de San Miguel, Renan Herrera, ils se sont probablement noyés dans les eaux de crue.

Dimanche, Noru a infligé des vents violents et de fortes pluies sur l'île principale de Luçon, très peuplée. Le typhon a touché terre à 17h30 heure locale (11h30 heure française), dans la municipalité de Burdeos sur les îles Polillo, qui font partie de la province de Quezon. Accompagné de vents de 195 km/h, il s'agit du typhon le plus puissant enregistré cette année dans le pays.

Les Philippines sont frappées par une vingtaine de typhons chaque année, phénomène qui a tendance à s'aggraver en raison du changement climatique provoqué par les activités humaines et la consommation d'énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz).

Près de 75 000 personnes ont été évacuées avant la tempête, les services météorologiques avertissant sur le risque de grandes inondations dans les zones vulnérables du pays. "Vous pourriez penser qu'on en a trop fait", a déclaré le président, Ferdinand Marcos Jr, lors d'un briefing. "Il n'y a rien de tel que d'en faire trop quand il s'agit de catastrophes", a-t-il ajouté.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.