Mission MOSAÏC : une année dans les glaces de l'Arctique

À partir du 20 septembre, 600 scientifiques se relaieront à bord du Polarstern pour observer et analyser le réchauffement climatique depuis l'océan Arctique.

FRANCEINFO

Une fois au cœur de l'océan Arctique, le moteur du Polarstern sera coupé et le navire sera alors à la dérive, piégé dans les glaces du pôle Nord. L'objectif est d'observer et d'analyser les conséquences du réchauffement climatique sur cet océan.

- 45°C dans le noir

"Quand les tempêtes de neige et les vents violents sont descendus jusqu’en Floride, cela était dû au changement climatique dans l'Arctique. Il faut comprendre ce à quoi ressembleront les conditions météorologiques extrêmes à l'avenir", explique le professeur Markus Rex, responsable de l'expédition MOSAÏC.

En 2018, la température a augmenté deux fois plus qu'ailleurs dans l'Arctique, ce qui a un impact direct sur le reste du monde. Grâce à un budget de plus de 120 millions d'euros, le Polarstern sera transformé en laboratoire flottant pendant un an. Les scientifiques travailleront parfois par - 45°C et dans l'obscurité la plus totale.

Un ours polaire sur la banquise, au large d\'un archipel norvégien à la limite des océans Arctique et Atlantique, le 22 janvier 2014.
Un ours polaire sur la banquise, au large d'un archipel norvégien à la limite des océans Arctique et Atlantique, le 22 janvier 2014. (JUAN-CARLOS MUÑOZ / AFP)