Réchauffement climatique : Greenpeace plaide pour une loi "Evin climat" afin d'encadrer la publicité des produits et services "climaticides"

Constatant que "l'autorégulation des acteurs de la publicité" ne suffit pas, Greenpeace demande que l'Etat s'inspire de la loi de 1991, qui vise à encadrer strictement la publicité pour le tabac et l’alcool, afin d'élaborer une loi s'appliquant "aux biens et services fortement émetteurs de CO2".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Greenpeace veut encadrer la promotion des véhicules à énergie fossile comme les voitures. (PATRICK LEFEVRE / MAXPPP)

L'ONG écologiste Greenpeace plaide pour une loi "Evin climat" afin d'encadrer la publicité des biens et services fortement émetteurs de CO2. Dans un rapport publié jeudi 17 juin, en partenariat avec le Réseau Action Climat et l'association Résistance à l’agression publicitaire, l'organisation non gouvernementale demande notamment l'interdiction de toute promotion ou publicité en faveur des énergies fossiles et en faveur du transport aérien, routier ou maritime, en dehors des transports en commun du quotidien.

Freiner nos désirs de consommation pour protéger l'environnement

Pour Greenpeace, les urgences climatique et écologique impliquent "un changement profond de nos systèmes de production et de consommation" et une "refonte de nos modes de vie". Le sujet de la régulation de la publicité "connaît un intérêt croissant dans le débat public", note le rapport. Il rappelle que selon un sondage BVA pour Greenpeace France, 65 % des Français(e)s seraient favorables à l’interdiction des publicités pour les marques contribuant au changement climatique.

"La demande en biens et services climaticides doit être endiguée afin que les émissions de gaz à effet de serre et la pollution diminuent", précise le rapport. Greenpeace et ses partenaires appellent donc à mettre "un frein aux incitations publicitaires qui jouent sur nos frustrations et nos désirs en occultant la réalité sur les impacts environnementaux néfastes" des produits qu'elles vantent.

Interdire la promotion de tout véhicule fonctionnant à énergie fossile, sauf les transports en commun

Constatant que "l'autorégulation des acteurs de la publicité" ne suffit pas, Greenpeace demande que l'Etat s'inspire de la loi Evin de 1991, qui vise à encadrer strictement la publicité pour le tabac et l’alcool, afin d'élaborer une loi s'appliquant "aux biens et services fortement émetteurs de CO2". Cette loi est née "grâce à une certaine détermination politique" qui s'est révélée, défend le rapport, "être très probablement efficace pour faire baisser la consommation d’alcool et de tabac en France tout en s’attaquant à la perception culturelle positive de ces deux produits".

Les trois organisations signataires demandent l’interdiction de toute promotion ou publicité, directe ou indirecte, "ainsi que toute distribution gratuite ou promotionnelle, ou toute opération de parrainage" faite en faveur des énergies fossiles "ou des entreprises qui exploitent, produisent ou distribuent ces énergies fossiles". Elle demandent aussi que soit interdites les promotions "de tout véhicule aérien, routier ou maritime motorisé fonctionnant à partir d’énergies fossiles à l’exception des véhicules dédiés aux services de transports en commun de proximité".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.