Accord de Paris : Donald Trump, "seul au monde", a donné un "coup d'épée dans l'eau"

Donald Trump n'a pas réussi à "entraîner d'autres pays dans son exercice de ne pas prendre en compte l'accord de Paris", lors du G20, en Allemagne, selon Pierre Cannet de l'association WWF, interrogé samedi sur franceinfo. 

Donald Trump, à Hambourg, en Allemagne, lors du G20, le 8 juillet 2017.
Donald Trump, à Hambourg, en Allemagne, lors du G20, le 8 juillet 2017. (CARLOS BARRIA / REUTERS)

Emmanuel Macron s'est montré ferme à propos de l'accord de Paris sur le climat, à l'issue du G20 à Hambourg samedi 8 juillet. Il n'y a pas de "retour en arrière possible" sur les questions climatiques ni d'"accord de Paris à la carte", a insisté le chef de l'État, évoquant le retrait des États-Unis de l'accord. Dans le communiqué final, 19 pays sur les 20 s'engagent d'ailleurs à respecter l'accord de Paris.

Sur franceinfo, Pierre Cannet, responsable du programme climat, énergie et infrastructures durables pour l'association environnementale WWF France, a salué la fermeté d'Emmanuel Macron, qui reste "gardien du temple" de l'accord de Paris.

La fermeté d'Emmanuel Macron vous rassure-t-elle ?

Pierre Cannet : Exactement, et ce qui nous rassure, c'est qu'à l'occasion de ce G20, une fois de plus, Donald Trump a donné un coup d'épée dans l'eau, parce qu'il a tenté d'entrainer d'autres pays dans son exercice de ne pas prendre en compte l'accord de Paris. Son "America first" se retrouve de plus en plus "America alone", c'est-à-dire l'Amérique seule au monde. Face aux États-Unis, nous avons 19 pays, dont l'Arabie Saoudite, la Russie, la Turquie qui sont engagés à mettre en oeuvre l'accord de Paris.

Les États-Unis peuvent-ils changer d'avis ?

Ce qui fait la puissance des États-Unis, ce sont ses entreprises, ses citoyens, ses villes et ses collectivités locales. Et l'ensemble de ces acteurs sont mobilisés à l'occasion de ce G20. Un sommet californien a été annoncé pour l'action climatique en septembre 2018. Nous avons plus d'un an de mobilisation, de préparation, Américains y compris. Ces acteurs sont dans l'action climatique, et ils vont faire en sorte que les États-Unis puissent honorer l'accord de Paris et son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Emmanuel Macron a annoncé la tenue d'un sommet le 12 décembre afin de prendre de nouvelles actions sur le climat, en matière de financement. Cela va-t-il dans le bon sens ?

C'est en tout cas une étape de plus qui est franchie, avec le plan climat de Nicolas Hulot qui a été publié à la veille du G20, et qui démontre que la France est prête à aller plus vite dans la fin des énergies fossiles. Maintenant, c'est au plan international qu'Emmanuel Macron souhaite être leader dans l'animation de la discussion, puisqu'il faut aller plus vite. Emmanuel Macron, par l'annonce de ce sommet, démontre qu'il y a cette volonté d'avancer du côté français, de rester gardien du temple de l'accord de Paris.

"Emmanuel Macron veut rester gardien du temple de l'accord de Paris", Pierre Cannet de WWF, à franceinfo.
--'--
--'--