Canicule : les urgences en alerte

La canicule s’abat sur la France au moins jusqu’à ce week-end. Les services d’urgences s’inquiètent alors que 66 départements ont été placés en vigilance orange.

Il fait chaud, très chaud. Jeudi 2 août, certaines régions ont vu le thermomètre grimper à 40 °C. Des températures qui inquiètent les services d’urgences, dont le personnel, déjà à flux tendus, pourrait se retrouver face à une arrivée de patients supplémentaires. Dans cet hôpital de Nîmes (Gard), la situation commence à être tendue. Le week-end dernier, tous les patients n’ont pas pu être pris en charge, faute de place. "Nous faisons en moyenne 250 entrées journalières. Ce week-end, on a eu un pic à 303 entrées et nous nous sommes retrouvés avec une quarantaine de patients bloqués en attente d’hospitalisation", explique une cadre de santé à l’hôpital de Nîmes.

Situation maitrisée ?

Beaucoup tirent la sonnette d’alarme, à l’image de Patrick Pelloux, Président de l’association des Médecins urgentistes de France. "Au quotidien, les services d’urgences et des hôpitaux sont déjà dans une situation de saturation. Donc là, les flux supplémentaires vont se rajouter aux difficultés quotidiennes. C’est très inquiétant", constate-t-il. Au Samu, on insiste pour mettre en garde concernant certains effets tardifs de la canicule, notamment pour les personnes âgées ou malades. La situation sanitaire est maîtrisée en France, assure la ministre.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a rendu visite au personnel et aux patients du Centre hospitalier de Versailles (Yvelines) sur le thème de la vague de chaleur, le 29 juin 2018.
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a rendu visite au personnel et aux patients du Centre hospitalier de Versailles (Yvelines) sur le thème de la vague de chaleur, le 29 juin 2018. (LUC NOBOUT / MAXPPP)