Marseille : polémique autour de la gestion du château de la Buzine

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Marseille : polémique autour de la gestion du château de la Buzine
Marseille : polémique autour de la gestion du château de la Buzine Marseille : polémique autour de la gestion du château de la Buzine (FRANCE 3)
Article rédigé par France 3 - V. Gaget, B. Garguy-Chartier, S. Boujamaa, G. Bour, C. de Chassey
France Télévisions
France 3
À Marseille, le petit-fils de Marcel Pagnol mène un combat pour garder la gérance du château de la Buzine, le fameux "Château de ma mère". La municipalité souhaite accorder la gestion à une association.

Le château de la Buzine (Bouches-du-Rhône) a inspiré à Marcel Pagnol l’un de ses plus beaux romans, Le Château de ma mère. Il achète la propriété en 1941. Il rêve d’y créer ses propres studios, mais la guerre l’en empêche et le château tombe en ruines. Vendu à un promoteur en 1973, il est racheté 20 ans plus tard par la ville de Marseille (Bouches-du-Rhône) pour y faire un lieu culturel dédié au cinéma. Son gestionnaire actuel est Nicolas Pagnol, le petit-fils de l’écrivain.

Une décision prise le 7 juillet

Seulement, le 14 juin dernier, il a appris qu’une autre association avait les faveurs de la mairie, le Centre de Culture Ouvrière (CCO). "Je ne comprends pas le choix du collège d’élus qui a choisi cette association qui est spécialisée dans la gestion de centres sociaux", déplore Nicolas Pagnol. Il lance alors une pétition en ligne qui recueille plusieurs milliers de signatures. Il reçoit également des soutiens politiques, comme celui de Renaud Muselier, le président du conseil régional de la région Sud.

De son côté, la mairie explique pourquoi le Centre de Culture Ouvrière a ses préférences. Jean-Marc Coppola, adjoint en charge de la culture, explique : "Il travaille avec des artistes associés sur le cinéma. Il a une grosse expérience en la matière. Le CCO a un projet qui demande beaucoup moins de moyens." Le Conseil municipal se réunira le 7 juillet pour départager les deux candidats.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.