Téléphonie : Bouygues veut vendre son réseau à Free pour racheter SFR

Selon "le JDD", le montant de cette vente pourrait atteindre 1,8 milliard d'euros. 

Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom (G) et Jean-Yves Charlier, directeur général de SFR, le 3 février 2014 à Paris. 
Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom (G) et Jean-Yves Charlier, directeur général de SFR, le 3 février 2014 à Paris.  (ERIC PIERMONT / AFP)

Va-t-on revenir à trois opérateurs de téléphonie mobile en France ? Dans le Journal du Dimanche du 9 mars, le groupe Bouygues annonce être prêt à céder son réseau d'antennes et ses fréquences de téléphonie mobile à son concurrent Free (Iliad), pour faciliter son mariage avec SFR.

"Nous sommes entrés en négociations exclusives pour céder à Free pour un montant pouvant aller jusqu'à 1,8 milliard d'euros l'intégralité de notre réseau mobile", confirme Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom dans une interview au JDDCet accord, qui porte sur "15 000 antennes et un portefeuille de fréquences, dont une partie pour la 4G", est conditionné au fait que Bouygues acquiert SFR mis en vente par Vivendi.

"Recréer une dynamique concurrentielle"

Objectif : ne pas contrevenir aux règles de la concurrence et doubler Numericable. "Nous apportons une réponse immédiate aux impératifs de la concurrence. En cas de fusion avec SFR, nous aurions un réseau de trop. Là, il y a un acheteur qui va recréer une dynamique concurrentielle", explique le PDG a l'hebdomadaire. Mais cette vente reste "conditionnée au succès de notre offre de fusion avec SFR déposée mercredi 5 mars auprès de sa maison mère, Vivendi".

Vivendi, maison mère de SFR, qui cherche à se séparer de sa filiale télécoms pour se recentrer sur les médias a annoncé mercredi avoir reçu des offres de Bouygues et de Numéricable de prise de contrôle majoritaire.