Droit d'auteur sur internet : "Ces Gafa, il faut leur taper sur la tête", estime Jack Lang

Jack Lang, ancien ministre de la Culture, réagit dimanche 9 septembre après la parution d'une tribune dans le JDD, dont il est cosignataire, demandant de sauver le droit d'auteur menacé par les Gafa, les géants d'internet, qui font "du profit sur le dos" des créateurs et des entreprises.

Jack Lang, au palais de l\'Elysée, le 4 janvier 2018.
Jack Lang, au palais de l'Elysée, le 4 janvier 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Il y a urgence et une nécessité de frapper fort", a confié, dimanche sur franceinfo, Jack Lang, ancien ministre de la Culture et signataire d'une tribune dans le Journal du Dimanche. Françoise Nyssen, la ministre de la Culture, s'est jointe à plus des 200 autres personnes qui demandent à l'Europe de sauver le droit d'auteur menacé par les Gafa, les géants d'internet, qui font "du profit sur le dos" des créateurs et des entreprises.

"Il faut aller encore plus loin"

Jack Lang espère que le projet de directive sur le droit d'auteur, qui sera déposé au Parlement européen, sera adopté. "Mais en même temps, il faut aller encore plus loin", poursuit l'ancien ministre. "C'est inadmissible qu'un festival européen comme celui de Venise se couche à ce point devant Netflix [lors de cette Mostra de Venise, le Lion d'or a été attribué samedi au film Roma, distribué par Netflix]. Ces Gafa, comme Amazon, il faut leur taper sur la tête ! Ils continuent à échapper à l'impôt et ne respectent pas les règles. C'est une question de détermination et de volonté."

"Il faut prendre le taureau par les cornes et se dire qu'à l'avenir, les gisements de la création, de la littérature, du cinéma, de la musique sont gravement en danger si l'on fait prévaloir la rentabilité à court terme. C'est le rôle des pouvoirs publics et la France a un rôle déterminant à jouer. Je me réjouis d'ailleurs que la ministre Françoise Nyssen parte au combat. "

"Il faut que la France pose ses conditions"

Sauf que ce n'est pas forcément l'avis des autres pays européens. "C'est normal, il faut les entraîner", ajoute Jack Lang. "Il faut que la France fasse entendre sa voix et pose ses conditions. C'est une question vitale culturellement, intellectuellement, économiquement."

L'industrie culturelle et créative représenterait 7 millions d'emplois en Europe, des emplois directement menacé par les Gafa, selon Jack Lang. "Si on ouvre les barrages et qu'on laisse les quelques puissants régenter, alors il en sera fini à terme du spectacle vivant, de la création enregistrée, des films, etc. Nous sommes sur une mauvaise pente et les créateurs risquent de perdre leurs droits et la création sera mise en danger."