Cet article date de plus de huit ans.

Le patron de Google vante les mérites du temps partiel

Larry Page estime que la plupart des gens "seraient heureux de travailler moins" et que cela permettrait de résorber le chômage.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le patron de Google a déclaré que le temps partiel est l'avenir du marché du travail, lors d'une conférence samedi 5 juillet 2014. ( AFP )

"Tout le monde n'a pas besoin de travailler frénétiquement." Larry Page, le patron de Google, a fait la promotion du temps partiel, comme le révèle ZDNET, lors d'une conférence le 5 juillet sur les rapports entre l'homme, les machines et le travail. 

Celui qui est à la tête d'une multinationale de plus de 50 000 salariés va même plus loin. "Les hommes font des choses stupides comme détruire l’environnement, en partie parce qu’ils travaillent quand ils n’ont pas à le faire" , a-t-il déclaré, rapporte le journal Les Echos.

"Aider les jeunes à rentrer dans la vie active"

Larry Page affirme qu'il faut du travail pour tout le monde, mais que les tâches doivent être partagées. Le créateur de Google fait référence à son ami britannique, le milliardaire Richard Branson. Le fondateur de Virgin expérimente la flexibilité du travail en embauchant deux personnes à temps partiel plutôt qu'une seule à temps plein. "Cette mesure ne coûte qu’un peu plus aux employeurs, c’est un bon moyen pour résorber le chômage et aider les jeunes à entrer dans la vie active", a plaidé Larry Page cité par le quotidien.

Selon le patron de Google, "beaucoup de gens aiment travailler mais la plupart souhaiteraient avoir plus de temps avec leurs familles ou pour leurs propres centres d'intérêt". Toutefois, Larry Page n'évoque à aucun moment la rémunération liée à une telle mesure. Il ne précise donc pas si en travaillant moins, les salariés devront renoncer à une partie de leurs salaires.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Google

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.