En pleine promotion de son nouveau livre, le nutritionniste Jean-Michel Cohen tente de faire oublier sa condamnation

Interdit d'exercer pendant un an en raison du caractère publicitaire de sa collaboration avec un site internet, le célèbre médecin veut se refaire une e-réputation.

Le nutritionniste Jean-Michel Cohen, à Paris, le 23 mars 2017.
Le nutritionniste Jean-Michel Cohen, à Paris, le 23 mars 2017. (MAXPPP)

"Il souhaiterait pouvoir aller de l'avant", écrit l'agence iProtego dans un e-mail reçu par la rédaction de franceinfo. En pleine promotion de son nouveau livre Maigrir en bonne santé (éd. First), le nutritionniste Jean-Michel Cohen a sollicité une agence de réputation en ligne. Sa mission ? Contacter plusieurs sites internet d'information, dont franceinfo.fr, afin de leur demander de "minorer la visibilité" des articles traitant de sa condamnation dans les moteurs de recherche.

Le médecin a en effet été condamné en 2015 par l'Ordre des médecins à deux ans d'interdiction d'exercice, dont un an avec sursis. L'instance disciplinaire a jugé que son site de conseils nutritionnels Savoir-maigrir.aujourdhui.com présentait un caractère publicitaire et que le docteur Cohen, en photo sur le site et présenté comme "votre expert en nutrition", retirait un avantage financier de cette collaboration. Après s'être pourvu en cassation, le médecin a été interdit d'exercer la médecine entre le 28 juin 2017 et le 28 février 2018.

Faire disparaître la condamnation du docteur

Dans ce mail que plusieurs médias – notamment franceinfo.fr, Le Monde ou encore le HuffPost – ont reçu, l'agence iProtego propose aux rédactions de désindexer ou d'anonymiser les articles traitant de cette condamnation. La désindexation ne modifie pas le contenu, mais permet à un article de ne plus remonter dans les résultats des moteurs de recherche comme Google.

Dans ce courriel, l'agence demande aussi "l'anonymisation ou la suppression" de toute "mention patronymique" de Jean-Michel Cohen. "Son nom pourrait être remplacé par 'un nutritionniste'", suggère-t-elle. Objectif : que les internautes qui recherchent "Jean-Michel Cohen" sur Google par exemple ne voient plus la condamnation du docteur.

Aucun article n'a été modifié

"Un médecin a le droit comme n’importe citoyen, de surveiller et d’agir pour sa réputation en ligne", commente l'Ordre des médecins à franceinfo, sans plus de détails, précisant qu'une fois la peine purgée, il n'a plus à s'exprimer. Malgré les demandes de l'agence iProtego, aucun des articles de franceinfo.fr, du Monde ou du HuffPost évoquant la condamnation de Jean-Michel Cohen n'ont été modifiés. Contacté par franceinfo, le nutritionniste n'a pas souhaité justifier publiquement sa démarche.