VIDEO. Les pics de pollution aussi dangereux que le tabagisme passif ?

L’air que l’on respire pendant les pics de pollution serait aussi nocif que le tabagisme passif.

France 2

L’étude fait froid dans le dos. Selon un rapport dévoilé par le Cnrs, ce lundi 24 novembre, le pic de pollution de décembre 2013 serait comparable au tabagisme passif.

Selon le centre de recherches, le 13 décembre dernier, le taux de particules était 30 fois plus élevé qu’habituellement, dans les rues de Paris. C'est comme si la capitale était aussi polluée qu’une pièce de 20 mètres carrés occupée par huit fumeurs, précise France 2.

Asthme, maladies cardiovasculaires et cancers

Les causes de cette pollution sont multiples : le trafic automobile, le chauffage, mais aussi les industries autour de la capitale.

Selon l’OMS, les particules fines provoquent asthme, maladies cardiovasculaires et cancers. "Ça nous incite à prendre des mesures de santé publique, des mesures de restriction de la circulation automobile", souligne Christophe Najdovski, adjoint écologiste au maire de Paris, chargé des transports.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vue de Paris le 27 mars 2014, lors de l\'épisode de pollution aux particules fines.
Vue de Paris le 27 mars 2014, lors de l'épisode de pollution aux particules fines. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)