VIDEO. Face à face tendu autour d'une ligne à très haute tension

Dans la Manche, les agriculteurs s'opposent à l'installation de la ligne Cotentin-Maine. L'un d'entre eux a été placé en garde à vue.

Laurence Decherf / France 2

Un agriculteur de la Manche a été interpellé mardi 31 juillet par les forces de l'ordre et placé en garde à vue alors qu'il tentait, comme la veille, de s'opposer à la construction dans son champ de deux pylônes de la ligne à très haute tension (THT) Cotentin-Maine, a-t-on appris auprès de la préfecture.

"Il bloquait physiquement un chantier déclaré d'utilité publique et il a été mis fin à cette opposition. L'interpellation s'est déroulée sans difficulté particulière et les travaux ont pu commencer", a déclaré à l'AFP la préfecture de la Manche. Yves Larsonneur s'oppose à la construction sur son champ des pylônes 224 et 225 des 163 km de la ligne THT, qui doit acheminer l'électricité du futur réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville (Manche).

Des taureaux pour bloquer l'accès au champ

A la mi-journée, les pelleteuses se sont mises à l'ouvrage sous la surveillance des gendarmes et la quinzaine de militants qui avaient fait face un peu plus tôt aux gardes mobiles se sont retirés, a constaté un photographe de l'AFP.

La ligne THT a été déclarée d'utilité publique en 2010 et des arrêtés de servitude ont été prononcés en début d'année pour les emplacements où aucun accord n'a été trouvé. Les travaux devaient commencer lundi, mais Yves Larsonneur avait disposé des engins agricoles et des bovins, dont des taureaux particulièrement réactifs selon un des opposants, dans son champ pour en bloquer l'accès.

Une guerre de tranchées oppose forces de l'ordre et militants anti-THT le long du parcours de la future ligne. Des écologistes et des riverains campent depuis mars dans un bois proche de l'exploitation d'Yves Larsonneur pour bloquer les travaux, a rapporté Jean-Claude Bossard, maire démissionnaire du Chefresne (Manche) et opposant à la ligne.

L\'agriculteur avait disposé des engins agricoles et des bovins dans ce champ du Chefresne (Manche), le 31 juillet 2012. 
L'agriculteur avait disposé des engins agricoles et des bovins dans ce champ du Chefresne (Manche), le 31 juillet 2012.  (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)