Cet article date de plus d'onze ans.

Poitiers: libération de deux des 3 condamnés

La cour d'appel de Poitiers a décidé vendredi de remettre en liberté deux des trois personnes incarcérées
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Poitiers : des manifestants casseurs dissimulés derrière des cagoules (© France 3)
La cour d'appel de Poitiers a décidé vendredi de remettre en liberté deux des trois personnes incarcéréesLa cour d'appel de Poitiers a décidé vendredi de remettre en liberté deux des trois personnes incarcérées

Ils avaient été incarcérés après les violences du 10 octobre durant la manifestation organisée à Poitiers par un comité anticarcéral.

Les magistrats ont estimé vendredi que les deux étudiants de 20 ans, condamnés à six mois de prison dont un ferme, présentaient des garanties suffisantes de représentation pour être remis en liberté.

En revanche, le troisième condamné, un homme de 51 ans ayant reçu une peine de huit mois de prison dont quatre ferme, a été maintenu en détention.

Les trois personnes avaient été condamnées en comparution immédiate au lendemain des incidents violents qui avaient émaillé la manifestation et cinq autres prévenus avaient écopé de peines de prison avec sursis.

Une quinzaine de vitrines avaient été brisées, des abribus détruits et des monuments tagués. Des échauffourées avaient également eu lieu avec les forces de l'ordre.

Le parquet a fait appel de quatre de ces condamnations, dont celles concernant les trois incarcérés, estimant que les peines infligées étaient insuffisantes. Les procès en appel sont prévus le 19 novembre pour l'homme de 51 ans et le 10 décembre pour les deux étudiants.

Deux manifestations en leur faveur regroupant un millier de personnes chaque fois ont eu lieu samedi et lundi derniers.

Les condamnés sont présentés par leurs familles, leurs proches et des personnalités et élus de gauche comme des "lampistes". Leurs avocats estiment que les vrais coupables n'ont pas été arrêtés.

Mercredi, un groupe de militants autonomes anonymes a revendiqué auprès du journal Le Monde les dégradations et violences commises le 10 octobre.

Lire aussi: (13/10) (19/10)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.