Cet article date de plus de douze ans.

Obama: "Sarkozy est un ami"

Barack Obama a jusitifié samedi la brièveté de sa visite en France et assuré Nicolas Sarkozy de son amitié
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le prince Charles, Nicolas Sarkozy et Barack Obama aux cérémonies du débarquement, 6 juin 2009 (© France 2)
Barack Obama a jusitifié samedi la brièveté de sa visite en France et assuré Nicolas Sarkozy de son amitiéBarack Obama a jusitifié samedi la brièveté de sa visite en France et assuré Nicolas Sarkozy de son amitié

Il a invoqué un emploi du temps chargé pour expliquer qu'il ne reste pas davantage, soulignant qu'il était trop occupé par la lutte contre la crise économique dans son pays.

Nicolas Sarkozy, qui aurait aimé recevoir son hôte à l'Elysée, a répondu à la presse qu'ils avaient autre chose à faire ensemble que de belles photos sur papier glacé.

"Je n'aurais rien aimé plus que d'avoir une semaine détendue à Paris, marcher le long de la Seine, inviter ma femme à un bon repas, de pique-niquer au parc du Luxembourg, cela m'est impossible pour le moment", a déploré le président américain.

Mais "les bons amis ne s'inquiètent pas des symboles, des conventions et du protocole. Les Etats-Unis sont des amis incontournables de la France et vice-versa", a ajouté Barack Obama.

"Je considère personnellement Nicolas Sarkozy comme un ami. Comme je sais que je peux toujours prendre mon téléphone pour lui parler, il n'est pas nécessaire pour moi de passer un long moment ici", a-t-il assuré.

"Vous croyez" qu'"avec la crise économique internationale, le chômage aux Etats-Unis, le chômage en France, le chômage en Europe, le problème de l'Iran" "on n'a pas autre chose à faire que de faire des belles photos sur papier glacé ?", a lancé Nicolas Sarkozy aux journalistes.

"L'amitié, c'est quoi ? Quand les Etats-Unis ferment Guantanamo, l'amitié, c'est de dire aux Etats-Unis on prend certains de vos détenus chez nous. Quand la France dit on revient dans l'Otan, l'amitié, c'est quoi, c'est que grâce aux Etats-Unis, on va prendre deux commandements extrêmement importants dans la structure, c'est ça l'amitié, on est là pour travailler, pour obtenir des résultats", a-t-il ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.