Les inspecteurs du permis de conduire, en grève mardi à l'appel de FO, ont été reçus par leur ministère de tutelle

"On a obtenu beaucoup d'engagements mais rien d'écrit", a dit M.Grolier, secrétaire général du Snica-FO, après avoir vu la conseillère sociale auprès du ministre du Développement durable dont dépendent secrétariat d'Etat aux Transports et Sécurité routière.Ils veulent la revalorisation de leurs carrières et un nouveau permis de conduire de qualité.

"On a obtenu beaucoup d'engagements mais rien d'écrit", a dit M.Grolier, secrétaire général du Snica-FO, après avoir vu la conseillère sociale auprès du ministre du Développement durable dont dépendent secrétariat d'Etat aux Transports et Sécurité routière.

Ils veulent la revalorisation de leurs carrières et un nouveau permis de conduire de qualité.

Christian Grolier s'est toutefois dit "satisfait" car Mme Corinne Arnoux a, selon lui, proposé des "primes" pour 2010-2011 et un recrutement des inspecteurs à bac+2, contre à niveau bac actuellement, ce qui ouvre la voie à une revalorisation de leur statut, de cadres B à cadres A, a-t-il expliqué devant une cinquantaine d'inspecteurs réunis devant le ministère.

Concernant le nouveau permis de conduire, des discussions doivent s'ouvrir pour "définir un cahier des charges de l'évaluation", a précisé Christian Grolier. Les inspecteurs du permis continuent de réclamer le "retrait" de la mesure consistant à demander à un inspecteur d'afficher un taux de réussite qui ne soit pas inférieur de plus de 5% à la moyenne départementale. "On peut craindre que si un inspecteur n'atteint pas cet objectif, cela aura des conséquences sur son avancement, son inscription au tableau des promotions", a-t-il encore expliqué. Cette mesure risque en outre de "faire artificiellement augmenter le pourcentage de réussite des inspecteurs au détriment de la sécurité routière".

La nouvelle formule de l'examen du permis de conduire, détaillée jeudi par le secrétaire d'Etat Dominique Bussereau, prévoit que les questions du code soient toilettées et que la partie pratique devienne un "bilan de compétences". Elle sera déployée progressivement à compter du 1er avril.

Selon le Syndicat national des inspecteurs, cadres et administratifs FO (Snica-FO), 55% des 1.300 inspecteurs étaient en grève en fin de matinée. C'est "un peu moins qu'habituellement", a-t-il reconnu, mais 25% supplémentaires "sont en intempéries".