Cet article date de plus de treize ans.

Les agents et dockers de Marseille et des grands ports de l'Ouest se sont mis en grève lundi

Ils demandaient au gouvernement un départ anticipé en retraite afin de compenser la pénibilité du travail, a-t-on appris auprès du syndicat."La grève est très suivie, par 80 à 90% du personnel des ports selon un recensement partiel", a indiqué une porte-parole du secrétariat d'Etat aux Transports.
Article rédigé par France2.fr avec agences
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Robert Cret, secrétaire genéral de la CGT, du personnel manutentionnaire de Fos-sur-mer, le 20/7/2009 (AFP/Michel Gangne)

Ils demandaient au gouvernement un départ anticipé en retraite afin de compenser la pénibilité du travail, a-t-on appris auprès du syndicat.

"La grève est très suivie, par 80 à 90% du personnel des ports selon un recensement partiel", a indiqué une porte-parole du secrétariat d'Etat aux Transports.

Cette grève de 24 heures va se poursuivre à partir de mardi avec une grève d'une heure chaque jour en début de vacation, a précisé la CGT à Marseille.

"Il n'y a aucune activité, sauf pour les passagers", a déclaré à l'AFP une porte-parole du grand port maritime de Marseille (GPMM). Daniel Manca, secrétaire général du syndicat CGT des dockers de Marseille-Est, a précisé qu'une dizaine de bateaux étaient bloqués.

Au Havre, qui compte 2000 dockers, l'activité était presque nulle, selon la CGT.

A Nantes, "l'activité n'était pas complètement bloquée", selon la direction. A Rouen, le port était "relativement peu impacté car l'essentiel du trafic vrac prévu aujourd'hui (était) assuré par des sociétés privées", selon un porte-parole de la direction.

Alors qu'une réunion sur la réforme portuaire est prévue mardi à Paris avec les différents ministères concernés, Daniel Manca estime que "la future loi sur les retraites n'apporte aucune réponse" sur ce sujet.

La réforme des grands ports français, adoptée en 2008, prévoit le transfert de la totalité de la manutention portuaire -2.000 salariés et les outils- des établissements publics vers des opérateurs privés. Cette transformation devait être achevée d'ici fin 2010.

Pascal Galéoté, secrétaire général de la CGT des agents du port de Marseille, explique qu'aujourd'hui "l'Etat semble différer les réponses et définit un calendrier qui devient commun avec celui des retraites".

La Fédération des entreprises de transport et logistique de France (TLF) a demandé lundi "aux pouvoirs publics d'intervenir de toute urgence pour débloquer (la) situation" du port du Havre, affirmant que les mouvements sociaux y ont "des conséquences catastrophiques".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.