Cet article date de plus de douze ans.

L'entretien Obama-Sarkozy

Les présidents américain et français ont eu samedi midi à Caen un bref entretien centré sur l'Iran et le Proche-Orient
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Entretien Obama Sarkozy à la préfecture de Caen le 6 juin 2009 (© France 2)
Les présidents américain et français ont eu samedi midi à Caen un bref entretien centré sur l'Iran et le Proche-OrientLes présidents américain et français ont eu samedi midi à Caen un bref entretien centré sur l'Iran et le Proche-Orient

A cette occasion, Barack Obama a de nouveau appelé de ses voeux l'ouverture de négociations "sérieuses" au Proche-Orient avant la fin de l'année pour parvenir à une solution à deux Etats, israélien et palestinien.

De son côté, Nicolas Sarkozy a exhorté samedi l'Iran à accepter la main tendue par Barack Obama en matière de politique nucléaire.

"Nous devons aller au-delà de l'impasse entre Israéliens et Palestiniens," dont "les destins sont liés", a souhaité le président américain lors d'un point de presse à Caen avec son homologue français, à l'issue de ce tête-à-tête de trente minutes.

Barack Obama a espéré que "les parties concernées, appuyées pas seulement par les Etats-Unis ou par la France mais aussi par des Etats arabes, entament des négociations sérieuses, constructives pour parvenir à une solution à deux Etats."

"Je ne pense pas qu'on pourra résoudre du jour au lendemain un problème qui date de 60 ans," a toutefois indiqué le chef de la Maison Blanche, venu en France pour les cérémonies du 65e anniversaire du débarquement allié en Normandie.

Concernant le voile islamique

De son côté, lors du même point de presse, le président français s'est dit "totalement d'accord" avec le discours pour "un nouveau départ" entre les Etats-Unis et le monde musulman prononcé jeudi au Caire par son homologue américain.

Nicolas Sarkozy s'est dit d'accord "y compris sur le voile" islamique, qui n'est selon lui "pas un problème à condition" qu'il résulte "d'une décision émanant d'un libre choix".

Les propos de Barack Obama en faveur du voile islamique, dans son discours du Caire, ont provoqué l'indignation des féministes en France. "Il est important pour les pays occidentaux d'éviter de gêner les citoyens musulmans dans la pratique, telle qu'ils la souhaitent, de leur religion, et par exemple en dictant les vêtements qu'une femme doit porter", avait-il notamment déclaré.

Nucléaire: Corée du Nord et Iran montrés du doigt


Concernant le dossier nucléaire, le président américain a affirmé que les activités nucléaires de la Corée du Nord étaient "extraordinairement provoquantes" et que la communauté internationale allait "examiner très sérieusement" la question, et qu'un Iran doté de l'arme atomique serait "extrêmement dangereux".

"L'Iran doit prendre l'opportunité de la main tendue par Obama,", a répondu Nicolas Sarkozy, soulignant que la France et les Etats-Unis sont "main dans la main" sur cette question.

Turquie et UE: Sarkozy et Obama en désaccord


"Sur l'objectif, on est d'accord (...), c'est que la Turquie puisse jouer tout son rôle de passerelle entre l'Orient et l'Occident", a déclaré Nicolas Sarkozy lors de la conférence de presse commune à Caen avec son homologue américain.

"Là où il y a une différence, c'est sur les modalités. La position traditionnelle des Etats-Unis, c'est l'intégration" dans l'UE, "la mienne, ce n'est pas l'intégration dans l'Union européenne", a-t-il ajouté.

Le président américain a reconnu que les Etats-Unis qui "ne sont pas membres de l'Union européenne", ne peuvent donc "dicter les modalités qui s'appliquent à l'entrée dans l'Union européenne".

"L'adhésion de la Turquie à l'Union européenne serait importante", a-t-il toutefois répété, en faisant valoir que Ankara est "un allié extrêmement important au sein de l'Otan".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.