Covid-19 : "Il faut abaisser l'âge de la vaccination" en Seine-Saint-Denis, un département "très jeune", demande le maire d'Epinay-sur-Seine

Après l'appel à élargir la vaccination lancé par le président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel , le maire d'Epinay-sur-Seine Hervé Chevreau réclame à son tour une stratégie vaccinale plus adaptée au département.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La vaccination a débuté mardi 6 avril au Stade de France (Seine-Saint-Denis).  (THOMAS SAMSON / POOL)

"Il faut abaisser l'âge de la vaccination" en Seine-Saint-Denis, car c'est un département "très jeune", a déclaré mardi 6 avril sur franceinfo Hervé Chevreau, maire d'Epinay-sur-Seine, se joignant ainsi à l'appel lancé notamment par le président du conseil départemental, Stéphane Troussel. Il appelle également au maintien des petits centres de vaccination, qu'il ne faut "pas opposer" aux vaccinodromes.

"Il faut bien sûr que l'on vaccine les personnes les plus âgées, mais il faut aussi réduire l'âge de la vaccination", dit le maire d'Epinay-sur-Seine. "Bien sûr, il faut traiter l'ensemble des professionnels de santé. Bien sûr, il faut traiter le corps enseignant mais quand on parle du corps enseignant, il faut traiter aussi tous nos agents qui travaillent dans nos écoles, que ce soit nos Atsem ou nos animateurs. Il faut traiter le maximum de monde", développe Hervé Chevreau, soulignant qu'on ne peut pas comparer la population de son département à celles du "département de la Creuse ou de la Corrèze".

Les petits centres de vaccination "doivent rester ouverts"

Alors que le vaccinodrome du Stade de France ouvre ses portes, le maire d'Epinay insiste également sur la nécessité de continuer à approvisionner les petits centres de vaccination.

"Notre inquiétude était que les doses de ces centres-là puissent être utilisées pour le Stade de France. Le préfet nous a garanti que non."

Hervé Chevreau, maire d'Epinay-sur-Seine

à franceinfo

Hervé Chevreau souhaite le maintien des centres déjà ouverts sur le département : "ils doivent rester ouverts et doivent continuer à augmenter la possibilité de vaccination".

L'élu local rappelle les difficultés de déplacement des plus âgés, le Centre d'action social de sa ville a d'ailleurs assuré le transport de 550 personnes qui voulaient se faire vacciner. Pour Hervé Chevreau, il faut "utiliser tous les moyens pour vacciner : la médecine de ville, les pharmaciens, les infirmières, tous ces professionnels de santé qui sont au plus près de nos administrés. Ce qu'il faut surtout c'est avoir des doses".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.