Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo "Il n'y aura pas de déremboursement" des lunettes, promet Touraine

Dans son rapport annuel, la Cour des comptes a préconisé que la Sécurité sociale ne rembourse plus du tout les frais d'optique. La ministre de la Santé a rejeté cette idée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre de la Santé et des Affaires sociales, Marisol Touraine, à l'occasion d'une conférence de presse sur la contraception, au ministère de la Santé, à Paris, le 13 mai 2013.  (ERIC FEFERBERG / AFP)

"Il n'y aura pas de déremboursement" des lunettes, a assuré la ministre des Affaires sociales et de la Santé, mardi 17 septembre. Dans une interview au site internet du quotidien Ouest-France, Marisol Touraine a réagi aux préconisations de la Cour des comptes, rendues publiques quelques heures plus tôt.

Dans son rapport annuel, l'instance a recommandé, entre autres, de réfléchir à un "éventuel retrait" de la Sécu de ce marché "opaque et peu concurrentiel".

Des prix "trop élevés"

"Il n'est pas question pour le gouvernement de procéder au déremboursement des lunettes et des produits d'optique", a répété la ministre lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. "Les prix des lunettes sont trop élevés et nous devons faire en sorte qu'ils diminuent en faisant pression sur ceux qui les fabriquent", a déclaré Marisol Touraine. 

FRANCE 3

"En matière d'optique, j'ai engagé un processus pour voir comment nous pourrions faire baisser les prix de certains produits et qui viendra à son terme prochainement", avait-elle par ailleurs prévenu dans son entretien à Ouest-France. 

Préconisé par la Cour des comptes et l'IGAS

La Cour s'interroge sur l'opportunité d'une réflexion à terme et sous condition d'un transfert intégral aux complémentaires, alors que l'assurance maladie ne participe qu'à hauteur de moins de 2% pour les adultes dans le remboursement des frais d'optique. 

En 2012, la ministre s'était déjà opposée à l'idée d'un déremboursement de l'optique, alors préconisée par un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS). De telles mesures "porteraient atteinte au niveau de protection des assurés sociaux", avait fait savoir la ministre. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.