DIRECT. Calais : le démantèlement de la partie sud de la "jungle" se poursuit dans un climat tendu

Vendredi, la justice avait finalement autorisé cette opération, initialement prévue mercredi. La préfecture avait promis d'éviter le recours à la "force publique".

Les forces de l\'ordre ont été déployées sur le site du camp de Calais, lundi 29 février 2016, afin de mettre en œuvre le démantèlement de la partie sud de la \"jungle\". 
Les forces de l'ordre ont été déployées sur le site du camp de Calais, lundi 29 février 2016, afin de mettre en œuvre le démantèlement de la partie sud de la "jungle".  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Trois jours après avoir reçu le feu vert de la justice, la préfecture du Pas-de-Calais a commencé, lundi 29 février, à démanteler une partie de la "jungle", le camp de migrants de Calais. Les humanitaires et journalistes sur place ont constaté le début des opérations accompagné d'une importante présence policière.

Une centaine de policiers, dont trois compagnies de CRS, étaient présents dans la "jungle" lundi selon un journaliste de France Inter sur place. Plusieurs journalistes ont assisté à une arrestation dans le camp. Des bénévoles ont dit à des journalistes s'être vu interdire l'accès au camp.

Les "lieux sociaux" de cette partie du camp ne seront pas concernés par ce démantèlement, a assuré la préfecture vendredi. Elle abrite notamment des lieux de culte, des écoles et un théâtre. Vendredi, la préfecture assurait qu'elle ferait "le nécessaire pour ne pas avoir à recourir à la force publique".

L'évacuation devait débuter mercredi mais la justice avait repoussé sa décision à vendredi. Des associations et des migrants avaient déposé un recours contre l'arrêté d'expulsion de la préfecture. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CALAIS

23h54 : Si vous n'avez pas eu le temps de parcourir notre site aujourd'hui, voici trois contenus que vous pouvez consulter avec intérêt :

Dans ce diaporama, découvrez les images du démantèlement de la "jungle" de Calais, qui s'est soldé par des heurts entre migrants et militants d'un côté, forces de l'ordre de l'autre.
Après François Hollande et Stéphane Le Foll, c(était au tour de Manuel Valls de se rendre au Salon de l'agriculture. Reportage de notre journaliste Kocila Makdeche.
Les Jeunes socialistes lancent un appel cinglant contre la politique du gouvernement. Le président du MJS, Benjamin Lucas, signe une tribune sur francetv info.

20h31 : Environ 150 migrants, certains armés d'une barre de fer, se sont introduits pendant une heure sur la rocade portuaire jouxtant la "jungle" de Calais. Des véhicules en partance vers l'Angleterre ont été la cible de pierres. La police, qui a répliqué à coups de gaz lacrymogènes, a repris le contrôle de la rocade vers 19h45.

18h50 : Planches, cartons et éléments de charpente sont débarrassés dans de grandes bennes. L'évacuation de la zone sud de la "jungle" de Calais et son démantèlement ont débuté ce lundi. Voici des images de ce démantèlement, émaillé d'affrontements avec des forces de l'ordre.





17h26 : Le vice-Premier ministre belge, Jan Jambon, veut éviter que les migrants chassés de Calais ne passent en Belgique pour tenter une traversée vers la Grande-Bretagne depuis les côtes belges, au risque de voir apparaître des camps de fortune similaires aux abords du port de Zeebruges.

17h18 : La Belgique a refoulé vers la France 619 personnes depuis le rétablissement des contrôles à la frontière franco-belge. Cette mesure a été prise il y a une semaine pour empêcher un éventuel afflux de migrants lié au démantèlement de la "jungle" de Calais.

16h57 : Après une matinée de démantèlement dans le calme, la situation s'est tendue, cet après-midi, dans la partie sud de la "jungle". Je vous propose une immersion sur place, grâce à ce diaporama.

(PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS)

16h55 : La partie sud de la "jungle" de Calais, est en cours d'évacuation depuis ce matin. Après des heurts entre certains habitants du camps et les forces de l'ordre, une homme a été interpellé, rapporte un journaliste sur Twitter.

15h11 : L'évacuation et la démolition de la partie sud de la "jungle" de Calais, où vivaient des centaines de migrants, se déroulent dans des conditions difficiles. Sur place, des journalistes font notamment part de tirs de gaz lacrymogènes.

14h34 : Quatre jours à peine après une décision de justice validant l'évacuation d'une partie de la "jungle" de Calais, l'Etat en a entamé le démantèlement du camp. Une opération sous haute protection policière.

(PHILIPPE HUGUEN / AFP)

12h30 : Sur place, à Calais, des journalistes confirment que le démantèlement de la partie sud du camp de migrants est en cours. Voici quelques uns de leurs messages.

11h56 : Voici des images des destructions en cours dans la zone sud de la "jungle".

11h45 : Les autorités commencent à enlever des abris de migrants dans la zone sud de la "jungle".

11h18 : D'après BFMTV, une quarantaine de cars de CRS sont aux abords de la "jungle" pour encadrer le début du démantèlement partiel.

10h43 : Le démantèlement d'une partie de la "jungle" de Calais (Nord) a commencé, rapportent de nombreux journalistes sur place et des bénévoles. Ils précisent qu'un dispositif de sécurité très important est déployé.