Cet article date de plus de dix ans.

François Fillon va consulter "dans les tout prochains jours" les dirigeants syndicaux sur les solutions anti-déficit

La CFDT avait réclamé mercredi "un sommet social", avant le 24 août, soit avant l'annonce des mesures envisagées dans le projet de budget 2012 pour réduire les déficits publics.Les syndicats sont sceptiques suite aux annonces faites mardi après le sommet franco-allemand dans le but de renforcer la gouvernance économique de la zone euro.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le secrétaire général de la CFDT François Chérèque (G) et son homologue de la CGT Bernard Thibault (10/06/2010) (AFP/ALAIN JOCARD)

La CFDT avait réclamé mercredi "un sommet social", avant le 24 août, soit avant l'annonce des mesures envisagées dans le projet de budget 2012 pour réduire les déficits publics.

Les syndicats sont sceptiques suite aux annonces faites mardi après le sommet franco-allemand dans le but de renforcer la gouvernance économique de la zone euro.

Le secrétaire général du syndicat, François Chérèque, a estimé mercredi qu'il serait "aberrant" que le gouvernement décide seul, sans consultation, de mesures qui vont toucher les salariés. "Je propose au gouvernement qu'il y ait dans les jours qui viennent un sommet social qui réunisse les représentants des salariés, les représentants du patronat et le gouvernement pour voir quelles mesures sont utiles à prendre dans notre pays pour soutenir la croissance, pour soutenir l'emploi mais aussi pour permettre de réduire la dette", a-t-il dit sur France Info.

Nicolas Sarkozy et François Fillon se sont vus pour discuter des mesures qui seront prises pour permettre à la France de tenir ses objectifs en matière de réduction des déficits publics. Les ministres de l'Economie et du Budget, François Baroin et Valérie Pécresse, ont été appelés à faire des propositions qui doivent être annoncées mercredi prochain, jour du conseil des ministres de rentrée.

La volonté du président français et de la chancelière allemande de généraliser la "règle d'or" inscrivant dans la Constitution la nécessité du retour à l'équilibre budgétaire, en particulier, passe mal auprès des syndicats.

Une telle règle "sans mutualisation des dettes, sans coordination des politiques fiscales et sans un budget européen pour faire une relance européenne (n'aurait) pas de sens", a jugé François Chérèque (CFDT).

Quant à la CGT, elle "continuera de s'opposer au principe de la règle d'or, véritable outil de casse du système de protection sociale, de démantèlement des services publics et formidable frein à l'emploi et à l'augmentation des salaires, seuls moyens pour relancer durablement la consommation génératrice de croissance économique", a déclaré le premier syndicat français dans un communiqué.

La CGT a d'ores-et-déjà prévu d'organiser une journée d'action fin septembre-début octobre.

Pécresse promet des efforts "équitablement répartis"

Selon Valérie Pécresse, porte-parole du gouvernement et ministre du Budget, le gouvernement compte réclamer des efforts "équitablement répartis" entre les ménages et les entreprises dans le cadre du budget 2012.

"Nous travaillons aujourd'hui sur cette question des rémunérations que l'on dit parfois extravagantes, des rémunérations extrêmement élevées", a-t-elle précisé mercredi sur France Info. "Aujourd'hui, aucune décision n'est encore prise à ce sujet", a-t-elle poursuivi.

Les entretiens avec les principaux dirigeants syndicaux commenceront au début de la semaine prochaine, selon Matignon. La présidente du Medef Laurence Parisot sera également reçue, a fait savoir l'organisation patronale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.