Défense : Le Drian détaille les 7 500 postes supprimés dans l'armée

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé, mercredi 15 octobre, une série de coupes et de restructurations dans l'armée en 2015.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian à Toulon, le 10 octobre 2014.
Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian à Toulon, le 10 octobre 2014. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Un régiment d'artilleries dissous, cinq bâtiments de la Marine désarmés, une base navale fermée, l'hôpital du Val-de-Grâce transformé en pôle de recherche... Mercredi 15 octobre, la ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé son plan de restructuration des armées 2015.

Ces réaménagements doivent permettre de réaliser d'importantes économies budgétaires et de nouvelles coupes dans les effectifs, dictées par la loi de programmation militaire (2014-2019). Au total, 7 500 postes doivent être supprimés. Francetv info fait le point sur les principales annonces du ministère.

Cinq bâtiments de la Marine en moins

Des bâtiments de combat seront désarmés dans plusieurs villes. A Toulon (Var), le TCD Siroco et le pétrolier-ravitailleur Meuse seront démantelés. Un patrouilleur austral, l'Albatros, sera déséquipé à La Réunion. De même, à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), où deux patrouilleurs de surveillance de site, Athos et Aramis, seront désarmés. Dans la ville, la base navale de l'Adour devrait aussi fermer ses portes.

Un régiment d'artilleries dissous

Ce sera le 1er régiment d'artillerie de marine, basé à Châlons-en-Champagne (Marne). La ville perdra au total 960 emplois, selon France 3 Champagne-Ardenne, puisqu'elle perd aussi la première brigade mécanisée.

Pour Benoist Apparu, le maire UMP de cette ville de 45 000 habitants, cette dissolution devrait se traduire par une perte de 960 emplois directs et de 700 emplois indirects. "C'est une catastrophe économique, a-t-il estimé sur France Info. C'est un plan social de 1 000 personnes, ça veut dire des familles qui vont partir de la ville, c'est une vingtaine de classes qui vont être supprimées."

Le Val-de-Grâce transformé en pôle de recherche

Le ministre a confirmé que les activités médicales de l'hôpital du Val-de-Grâce à Paris "seront progressivement transférées" vers deux hôpitaux militaires d'Ile-de-France : Percy à Clamart et Begin à Vincennes. Le Val-de-Grâce abritera pour sa part "un pôle d'excellence" réservé aux activités de recherche et de formation.

La dissolution de bases aériennes

La base aérienne de Drachenbronn (Bas-Rhin) sera transformée en "élément air rattaché" (EAR) à la base 133 de Nancy, a annoncé le ministre. La base 102 de Dijon-Longvic (Côte-d'Or) sera, quant à elle, dissoute.

Le ministre a aussi annoncé le début du transfert des escadrons de Casa de Creil (Oise) vers la base aérienne 105 d'Évreux en vue de la fermeture de la plateforme aéronautique de la base aérienne 110 de Creil en 2016.