Oise : un nouveau cerf abattu, la polémique enfle autour de la chasse à courre

Publié
Oise : un nouveau cerf abattu, la polémique enfle autour de la chasse à courre
FRANCE 2
Article rédigé par
S.Soubane, T.Curtet, P.-Y.Salique, C.Dewaegeneire, P.Achère, K.Annette, @RevelateursFTV - France 2
France Télévisions

Un cerf, traqué par des chiens à Pont-Sainte-Maxence, dans l'Oise, a finalement été abattu, samedi 29 octobre. Ouvrir le feu à moins de 300 mètres des habitations est pourtant interdit par arrêté municipal. Un incident pas vraiment isolé.

Un cerf traqué par une meute de chiens. Pour y échapper, il plonge dans l'Oise, traverse la berge et se retrouve près d'une zone industrielle, sous les yeux de passants effarés. Les chiens traquent le cerf, puis l'animal est mis à mort par balles, par un chasseur situé de l'autre côté de la rive. L'animal a été dépecé et en partie mangé par les chiens. L'incident a eu lieu sur une commune où la chasse à courre est interdite à 300 m des lotissements. Elle est autorisée dans les forêts publiques et privées, sauf interdiction locale. Le maire (LR), Arnaud Dumontier, a porté plainte.

Des cerfs parfois tués dans des jardins de particuliers

"Quand vous avez un cerf qui traverse une ville, vous avez peur qu'à un moment donné, le cerf fracasse la vie d'une femme, d'un homme et d'un enfant. Donc devant moi, j'ai la charge", justifie-t-il. De son côté, la société de vénerie soutient que la mise à mort était réglementaire, et dénonce une polémique. La chasse à courre compte 10 000 pratiquants en France, régulièrement pointés du doigt. En janvier 2021, en gare de Chantilly (Oise), une traque qui avait terminé sur la voie ferrée avait bloqué 51 trains. Des cerfs sont fréquemment acculés dans des jardins de particuliers, et parfois tués sur place.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.