Cannes : un problème de sécurité sur les plages

Les CRS traditionnellement mobilisés pour assurer la surveillance des baignades seront affectés à d'autres missions. Une mauvaise surprise pour la municipalité qui doit recruter en urgence des maitres-nageurs et des secouristes.

France 2

Sur la plage cette année les juilletistes semblent avoir remarqué un petit élément en moins dans le décor : un poste de surveillance abandonné par les CRS. Désormais, ce ne sont plus des employés nationaux, mais des civils saisonniers employés par la commune qui prennent la relève. Une gêne, un risque surtout pour les syndicats de CRS qui rappellent que saisonniers et policiers nationaux n'exercent pas le même métier. Selon ce syndicat, le nombre de CRS déployés sur les plages françaises aurait diminué d'un tiers par rapport à l'année dernière. En cause ? La surcharge de travail liée à l'Euro ou aux missions Vigipirate.

Un coût supplémentaire pour la ville

Inacceptable aux yeux du maire qui dénonce un manque de dialogue. "On est bien obligé d'assumer, de palier la carence de l'Etat et une fois de plus, cela se fait au détriment des finances locales", explique David Lisnard, maire de Cannes. Coût pour la commune : 230 000 euros. De son côté, la préfecture assure avoir proposé à la ville de prendre en charge le déploiement des CRS ce qu'elle aurait refusé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des CRS à la plage de L\'Horizon, au Cap Ferret (Gironde), le 6 juillet 2013.
Des CRS à la plage de L'Horizon, au Cap Ferret (Gironde), le 6 juillet 2013. (MAXPPP)