Ce que l'on sait de l'incendie qui a fait huit morts dans le 18e arrondissement de Paris

L'incendie, qui s'est déclaré au 4, rue Myrha, est le plus meurtrier à Paris depuis 2005. Un homme "qui pourrait avoir été présent" sur les lieux a été placé en garde à vue. 

Des pompiers interviennent sur un incendie meurtrier dans le 18e arrondissement de Paris, le 2 septembre 2015.
Des pompiers interviennent sur un incendie meurtrier dans le 18e arrondissement de Paris, le 2 septembre 2015. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Un incendie dans un immeuble du 18e arrondissement de Paris, dans la nuit du mardi 1er au mercredi 2 septembre, a fait huit morts, dont deux enfants, selon les pompiers de Paris. Le feu a été maîtrisé autour de 7 heures du matin. "La piste criminelle est privilégiée", a confirmé sur Europe 1 le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, après s'être rendu sur les lieux. Un homme a été placé en garde à vue, en début d'après-midi.

>> Suivez la situation en direct

Francetv info fait le point sur cet incendie, le plus meurtrier à Paris depuis 2005. 

Qui sont les victimes ?

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui s'est rendu sur les lieux, a déploré un "bilan très lourd : huit morts, quatre blessés qui sont encore en urgence relative". Parmi les victimes, deux se sont défenestrées face à la progression des flammes, les autres sont mortes intoxiquées, selon les pompiers.

"J'ai été réveillé à 4h30 du matin par les cris effroyables des habitants qui s'asphyxiaient, raconte à francetv info Norman, un habitant du bâtiment d'en face. J'ai vu deux corps au sol depuis ma fenêtre. Ils se sont jetés par la fenêtre." 

Quand le feu s'est-il déclaré ? 

Les pompiers sont en fait intervenus à deux reprises dans l'immeuble au cours de la nuit. A 2h23, les pompiers sont appelés une première fois au 4, rue Myrha, pour un feu de papier dans le hall. "J'ai vu passer deux camions de pompiers équipés d'échelles, avec les gyrophares", confie à francetv info un autre habitant du quartier.

"On a éteint le feu rapidement et ventilé la fumée dans le couloir, raconte de son côté Gabriel Plus, commandant des pompiers de Paris. Puis on est intervenus une deuxième fois deux heures plus tard et le scénario était totalement différent : la cage d'escalier était en feu."

Quelle est l'origine de l'incendie ? 

La double intervention des pompiers oriente l'enquête vers une piste criminelle. "Il est évident que, quand on a deux appels dans la même nuit, on ne peut pas ignorer que cela peut être un acte de malveillance", a ajouté le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet. La Brigade criminelle a été saisie de l'enquête.

"L'immeuble est un immeuble privé (...) il ne relève ni du logement social ni du traitement pour insalubrité", a précisé la maire de Paris, Anne Hidalgo. Une quinzaine de logements auraient été touchés, a-t-elle ajouté.

Qui est le suspect placé en garde à vue ?

Un homme de 36 ans "qui pourrait avoir été présent" sur les lieux de l'incendie a été placé en garde à vue, selon des sources proches de l'enquête. Ce SDF a été interpellé avec un briquet et une bougie sur lui par la brigade anticriminalité à proximité des lieux de l'incendie. Il a été arrêté "à la suite de l'exploitation des premiers témoignages et des images", a expliqué auparavant une autre source proche de l'enquête, confiée par le parquet de Paris à la brigade criminelle de la police judiciaire.

Cet homme bien connu de la police, notamment pour plusieurs affaires de stupéfiants, de vols et de dégradations de biens privés, a des antécédents psychiatriques, ont précisé des sources judiciaires à l'AFP. L'une d'elles a parlé de trois hospitalisations en service spécialisé durant un à deux mois dans les cinq dernières années.

D'après RTL, "son comportement suspect" a aussi alerté les enquêteurs. Cet homme est connu des services de police "pour des séries de dégradations et destructions de biens". Une bougie et un briquet ont été retrouvés sur le suspect lors de son arrestation.