Cet article date de plus de sept ans.

Tuerie au Musée juif de Bruxelles : mort de l'employé belge gravement blessé

Le bilan, qui était de trois morts auparavant, s'alourdit. Le jeune employé du musée est décédé des suites de ses blessures. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers français surveillent le Mémorial de la Shoah à Paris, le 25 mai 2014, après la tuerie survenue au Musée juif de Bruxelles (Belgique).  (MICHEL STOUPAK / CITIZENSIDE / AFP)

Cela porte à quatre le nombre de morts de la fusillade au Musée juif de Bruxelles. L'employé belge qui se trouvait dans un état désespéré est décédé, vendredi 6 juin, des suites de ses blessures, a annoncé le parquet fédéral. Cet employé âgé de 25 ans, qui officiait à la réception du musée, était jusque-là en état de mort cérébrale.

La ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, a "appris avec tristesse que la quatrième victime de la fusillade du Musée juif de Bruxelles a succombé à ses blessures", ont indiqué ses services dans un communiqué. "Ses pensées émues vont à la famille, aux amis et aux proches de ce jeune homme dont l'avenir a été brisé, comme pour les trois autres personnes, par cet acte terroriste d'une barbarie sans nom", ajoute le texte.

Nemmouche refuse d'être extradé

Alexandre Strens avait été embauché en 2013 par le musée, lieu de mémoire des cultures juives, où il était chargé de la communication. Une bénévole française de 66 ans et un couple de touristes israéliens d'une cinquantaine d'années ont été tués sur le coup par le tueur solitaire. 

Le tireur présumé, le Franco-Algérien Mehdi Nemmouche, a été arrêté le 30 mai à la gare routière de Marseille Saint-Charles (sud de la France). Il refuse d'être transféré vers la Belgique pour y être jugé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fusillade au Musée juif de Bruxelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.