Les cellules psychologiques : un outil de communication ?

Les cellules psychologiques visent à aider les victimes et témoins d'un drame, à l'instar d'un attentat.

FRANCE 3

Après l'attentat du 25 juillet 1995, qui a tué huit personnes et fait plus de 150 blessés, les cellules psychologiques ont vu le jour pour aider les survivants et témoins choqués.

Attaque, fusillade, suicide…à chaque drame, elles se retrouvent en première ligne parmi les secours. "Il y a des personnes qui peuvent rester figées, sans rien dire. (…) On va essayer de renouer avec la parole pour les ramener 'sur terre'", rapporte Daphné Raynaud, psychologue et volontaire à la cellule d'urgence médico-psychologique de Paris.

"Reprendre contact avec la réalité"

Danielle Lamy a perdu son fils lors de la disparition du vol Rio-Paris et explique comment le psychiatre l'a aidé : "C'est une voix étrangère que l'on entend, très rassurante, essayant de vous poser des questions, de vous faire parler pour que vous puissiez reprendre contact avec la réalité".
 
Toutefois, le fondateur de ces cellules, Xavier Emmanuelli, se montrent aujourd'hui critique à l'égard de son dispositif. Selon lui, c'est désormais un élément de communication : "La cellule est devenue un objet politique et un objet médiatique", déplore l'ancien secrétaire d’État à l'action humanitaire.

 

Le JT
Les autres sujets du JT