Le procès de l'attentat avorté du Thalys, en août 2015, s'ouvre à Paris

Ayoub El Khazzani, qui avait été désarmé par des passagers, sera jugé avec trois autres hommes accusés de complicité.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La police scientifique inspecte la scène du crime après une tentative d'attentat dans un train Thalys, arrêté en gare d'Arras (Pas-de-Calais), le 21 août 2015. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Alors que le procès des attentats de janvier 2015 se poursuit, c'est celui d'une attaque ratée qui s'ouvre lundi 16 novembre à Paris : l'attentat avorté du train Thalys Amsterdam-Paris, le 21 août 2015. Notamment armé d'un fusil d'assaut, le Marocain Ayoub El Khazzani avait été désarmé par des passagers, ce qui avait évité une possible tuerie.

Il est notamment poursuivi pour tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste, des charges passibles de la prison à perpétuité. Trois hommes seront jugés à ses côtés pour complicité par la cour d'assises spéciale, composée de magistrats professionnels et non d'un jury populaire. Le verdict devrait être rendu le 18 décembre.

Selon le parquet national antiterroriste, l'assaillant avait reçu ses instructions du jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, avec lequel il avait séjourné en Syrie au sein du groupe Etat islamique. Soupçonné d'avoir coordonné les attentats du 13 novembre 2015, Abaaoud avait été tué trois jours plus tard à Saint-Denis.

Clint Eastwood convoqué comme témoin

Le 21 août 2015, Ayoub El Khazzani, alors âgé de 25 ans, avait embarqué dans ce train en gare de Bruxelles, portant une kalachnikov, neuf chargeurs supplémentaires lui permettant de tirer 300 balles, un pistolet et un cutter. 

Plusieurs passagers avaient réussi à le désarmer et à l'immobilier à mains nues alors que le train se trouvait dans le nord de la France, avant l'arrêt du véhicule et l'intervention de la police. Parmi eux, un Franco-Américain, Mark Moogalian, blessé d'une balle dans le dos après avoir arraché l'arme, et des militaires américains en permission.

Célébrés en héros en France, où ils ont reçu la Légion d'honneur à l'Elysée, et à leur retour aux Etats-Unis, les trois Américains aujourd'hui âgés 28 ans seront présents pour leur audition en fin de semaine, a indiqué leur avocat à l'AFP. Le cinéaste Clint Eastwood, qui a fait de leur acte de bravoure un film, Le 15h17 pour Paris, devrait être entendu comme témoin par visioconférence la semaine prochaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.