"C'est un monstre qui vous envahit" : quatre ans après les attentats, Guillaume, rescapé du Bataclan, vit avec "un boulet au pied"

Quatre ans après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts, Guillaume rescapé du Bataclan est parvenu à reprendre sa vie durant deux ans et demi, avant un "retour de bâton" particulièrement violent. 

Le Bataclan le 13 novembre 2018. 
Le Bataclan le 13 novembre 2018.  (DANIEL PIER / NURPHOTO)

Il a d'abord essayé d'oublier et d'avancer pour ses deux enfants. "Comme on leur a dit 'faut être fort, faut retourner à l'école', on ne pouvait pas ne pas s'appliquer à nous-même cette ligne directrice et se dire 'bon on est fort, on a les épaules suffisamment costauds donc on va passer à autre chose'. On est dans un état d'esprit de tourner la page." Guillaume, 48 ans, publicitaire, victime du Bataclan, se décrit comme "non-touché physiquement, mais très éprouvé psychologiquement".

Il y a quatre ans, le 13 novembre 2015, il était au Bataclan avec son épouse et "une bonne demi-douzaine d'amis de ma boîte, dont un qui était un très très proche ami à moi, que j'ai vu quasiment mourir dans mes bras."

"Le deuxième 'effet Kiss Cool'"

Au lendemain de cette nuit de cauchemar, une psychologue arrive à les convaincre, lui et son épouse : il faut porter plainte pour être reconnus comme victimes. "Elle nous a dit il y aura un retour de bâton. Ces médecins-là savent qu'il y aura ce que j'appelle un deuxième 'effet Kiss Cool' trois mois plus tard, cinq ans plus tard, vingt ans plus tard. On a eu une lettre du fonds de garantie disant qu'on avait le droit à une indemnisation forfaitaire. On s'est dit : bon, on prend ça, on clôt le dossier et puis on passe à autre chose, on reprend notre vie quotidienne et normale... Ce qui a fonctionné pendant deux ans et demi."

Mais les plaies sont loin d'être refermées. "En juin 2018, mon employeur organise un exercice lié au terrorisme et lâche un sniper dans les couloirs, armé d'une fausse Kalachnikov, mais sans prendre le soin de prévenir les deux-trois personnes qui étaient au Bataclan, dont moi. Et je tombe nez-à-nez avec ce terroriste de pacotille ! Je l'ai vécu comme si ça recommençait."

La plaie que j'avais mis longtemps à cicatriser s'est rouverte de façon béante. Je suis retourné voir la psy. Je ne me rendais pas compte, mais j'étais en pleine dépression. J'ai dû prendre un avocat pour signifier à mon employeur qu'il avait commis une faute irréparable.Guillaumeà franceinfo

Guillaume se tourne ensuite vers les prud'hommes et assigne son employeur. Une audience est prévue en janvier 2020 et sur conseil de son avocat, il sollicite à nouveau le fonds de garantie, au printemps 2019. "Ce que je ne savais pas, c'est qu'on peut demander au fonds de garantie une expertise médicale qui peut amener un peu plus d'indemnisation, poursuit Guillaume. Aujourd'hui, mon intérêt n'est pas de profiter ou de prendre de l'argent, mais juste de me sécuriser pour ce que sera mon avenir. Parce que moi, je ne sais pas si je vais pouvoir bosser dans ce milieu-là. Aujourd'hui, j'ai accepté le supplément d'indemnités et j'ai accepté de clore le dossier."

Apprendre à vivre avec

Guillaume fait ainsi partie de la cinquantaine de rescapés qui se sont signalés en 2019 auprès d'un Fonds de garantie des victimes des actes de terrorismes et d'autres infractions. Ses idées noires l'ont assailli ces deux dernières années, lui qui avait recommencé à vivre presque comme avant. En arrêt maladie depuis juillet 2018, Guillaume suit toujours une thérapie. Il est sous antidépresseurs. Il se débat avec ce mal-être qui se traduit par des "cauchemars, des pensées intrusives. C'est un monstre qui vous envahit, qui vous envahit le corps et la tête".

Le quotidien et ses petits riens sont devenus insupportables, même quatre ans après. "C'est un bruit de palettes qu'un magasinier va décharger qui peut faire penser à une détonation. Cette espèce de souvenir comme un boulet au pied qui va vous poursuivre tout le temps. C'est pour ça que je l'appelle le monstre. Et j'ai abandonné toute idée de m'en débarrasser. Je ne pense pas qu'on puisse s'en débarrasser. Mais j'ai l'espoir de pouvoir vivre avec," conclut Guillaume.

Le reportage de Benjamin Illy.
--'--
--'--