Cet article date de plus de cinq ans.

Après l'attentat de Saint-Pétersbourg, les policiers autorisés à fouiller les passagers du métro parisien

Ces contrôles seront possibles dans les "transports en commun par voies ferrées", selon la décision du préfet de police de Paris.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une rame de métro de la ligne 12 à la station Montparnasse, à Paris, le 30 novembre 2016. (MAXPPP)

Deux jours après l'attaque survenue dans le métro de Saint-Pétersbourg, en Russie, le préfet de Paris renforce la sécurité sur le réseau de la capitale. Mardi 4 avril, dans la soirée, Michel Cadot a signé un arrêté autorisant les policiers qui patrouillent dans le métro à procéder à des contrôles d'identité, inspections visuelles ainsi qu'à la fouille des bagages, rapporte RTL, citant l'arrêté préfectoral.

Cette décision s'inscrit dans le cadre de l'état d'urgence et concerne "les lignes, stations, gares, arrêts et couloirs de transports en commun de voyageurs par voies ferrées de Paris", selon le document. La mesure est entrée en vigueur mercredi 5 avril à 7 heures du matin. Elle a été autorisée jusqu'à 22 heures, mais pourra être renouvelée, l'arrêté pouvant être prolongé chaque jour.

Dès le soir de l'attaque du métro de Saint-Pétersbourg, laquelle a fait 11 morts et 45 blessés, le ministère de l'Intérieur avait appelé en renfort 140 gendarmes mobiles pour patrouiller dans le métro parisien. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat d'urgence en France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.