EN IMAGES. Paris se recueille au lendemain des attentats

Place de la République et sur les lieux des différentes attaques, des petits groupes rendent hommage aux victimes des attaques terroristes de vendredi soir.

La police demande aux passants de "ne pas rester" pour "éviter tout attroupement", mais laisse tout de même les gens se recueillir, à Paris, samedi 14 novembre. A la mi-journée, plusieurs dizaines de personnes étaient rassemblées, place de la République.

>> Au lendemain des attaques à Paris, suivez la situation en direct

La mine grave, les yeux pleins de larmes, des anonymes affluent au centre de la célèbre place parisienne, symbole du rassemblement du 11-janvier, pour se recueillir quelques minutes, allumer des bougies et de l'encens, ou déposer des fleurs au pied de la statue de bronze. D'autres se sont rendus sur les différents lieux des attaques. Devant le Bataclan, un homme est venu avec un piano et joue en hommage aux victimes. 

François Hollande a en outre déclaré trois jours de deuil national et les drapeaux ont été mis en berne. Un peu partout en France, des rassemblements sont prévus tout le week-end.

17
Des Parisiens ont déployé une banderole affichant "J'être humain", sur la statue de la place de la République, samedi matin. UWE ANSPACH / DPA / AFP
27
Des bougies tricolores et des bouquets de fleurs blanches ont été déposés, place de la République. DOMINIQUE FAGET / AFP
37
Un enfant allume une bougie, au pied de la statue, devenue un symbole de la mémoire nationale post-Charlie Hebdo. MARTIN BUREAU / AFP
47
Cet homme est venu devant le Bataclan avec un piano pour rendre hommage aux victimes. UWE ANSPACH / DPA / AFP
57
Une femme se recueille au coin des rues Bichat et Alibert, où des tireurs ont ouvert le feu et tué au moins 12 personnes. KENZO TRIBOUILLARD / AFP
67
Bougies, crayons et messages d'espoir occupent les marches du café le Carillon, à l'angle de la rue Bichat. DOMINIQUE FAGET / AFP
77
François Hollande a décrété trois jours de deuil national. A l'Elysée, les drapeaux français et européens sont en berne. REUTERS