DIRECT. Attentats de Paris : le père et le frère d'un des kamikazes du Bataclan en garde à vue

Le bilan des attaques, provisoire, est de 129 morts et 352 blessés. L'enquête sur les terroristes avance.

Des badeaux allument des bougies en hommage aux victimes des attentats de Paris, samedi 14 novembre 2015 à Lyon (Rhône).
Des badeaux allument des bougies en hommage aux victimes des attentats de Paris, samedi 14 novembre 2015 à Lyon (Rhône). (JEFF PACHOUD / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Les enquêteurs commencent à identifier les auteurs des attentats les plus meurtriers jamais commis en France, vendredi 13 novembre - un "acte de guerre" au cœur de Paris revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) et qui a fait au moins 129 morts. Le père et le frère d'un des kamikazes qui a attaqué le Bataclan ont été placés en garde à vue, annoncent samedi soir des sources proches de l'enquête. 

Trois équipes de terroristes. Sept assaillants sont morts, selon le procureur de Paris, dans cette série de six attaques, menées "très vraisemblablement [par] trois équipes de terroristes" ciblant les spectateurs d'un concert de rock au Bataclan, des consommateurs attablés à des terrasses de cafés et restaurants du centre de la capitale et près du Stade de France, au nord de Paris. 

 Des kamkazes identifiés. Deux kamikazes ont déjà été identifiés, dont un des assaillants du Bataclan, un Français de 29 ans né à Courcouronnes (Essonne), dans la banlieue parisienne, condamné pour des délits de droit commun mais jamais incarcéré. Il a été identifié d'après l'empreinte d'un doigt sectionné, a précisé le procureur, ajoutant qu'il avait "fait l'objet d'une fiche S pour radicalisation". Et un passeport syrien "au nom d'un individu né en septembre 1990 en Syrie", selon le procureur, a aussi été retrouvé près du corps d'un assaillant du Stade de France. Mais cet homme "n'était pas connu de services de renseignement français"

 La piste belgeLes enquêteurs belges ont arrêté ces "trois individus", qui ne sont "pas connus des services de renseignement français", a indiqué le procureur de Paris. Parmi les véhicules utilisés par les terroristes, figurent un véhicule Seat et un véhicule Polo "immatriculé en Belgique (...) loué par un individu de nationalité française résidant en Belgique". "Cet individu a fait l'objet ce matin d'un contrôle routier à la frontière belge, à bord d'un autre véhicule -qui n'était donc ni la Seat ni la Polo - à bord duquel se trouvaient deux autres personnes elles aussi résidant dans la région de Bruxelles".

 Le bilan est extrêmement lourd. Le bilan est sans précédent: au moins 129 morts, outre les assaillants, et 352 blessés, dont 99 en "urgence absolue", selon le procureur. 

La France en état d'urgence et "en guerre". François Hollande a décrété l'état d'urgence et les contrôles aux frontières. En Ile-de-France, toutes les compétitions sportives du week-end sont suspendues, écoles et université restent fermées samedi, tout comme quelques stations de métro parisiennes. Dans cet article, vous trouverez l'essentiel des mesures prises. "Je veux dire aux Français que nous sommes en guerre. (...) Et parce que nous sommes en guerre, nous frapperons cet ennemi pour le détruire en France, en Europe, mais aussi en Syrie et en Irak. Nous répondrons au même niveau que cette attaque. Et nous gagnerons", a assuré le Premier ministre, samedi soir.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ATTENTATS

22h40 : Nouvelle provocation de la part du milliardaire américain Donald Trump. Le candidat à l'investiture républicaine pour la présidence des Etats-Unis a regretté dans un meeting que le port d'armes soit très restreint en France, insinuant que ces lois ont contribué à alourdir le bilan des attentats d'hier.

22h36 : La préfecture de police de Paris a pris deux arrêtés (documents PDF) interdisant d'une part les feux d'artifice, et d'autre part les vols de drones dans la région Ile-de-France.

22h33 : Selon une source proche du dossier, les perquisitions concernaient l'entourage familial d'un des assaillants du Bataclan, un Français de 29 ans né à Courcouronnes (Essonne) condamné pour des délits de droit commun, mais jamais incarcéré. C'est lui qui avait été identifié d'après l'empreinte d'un doigt sectionné.

22h31 : Une opération de police en lien avec les attentats de Paris est en cours à Romilly-sur-Seine, dans l'Aube. Les autorités investissent le domicile d'un membre de la famille d'un des terroristes identifiés, indiquent des sources concordantes citées par l'AFP.

22h29 : Non, @virginie. Le procureur de la République de Paris François Molins, en charge de l'enquête, a bien indiqué que les attaques avaient été menées "très vraisemblablement (par) trois équipes de terroristes". Mais il n'a pas dit qu'il s'agissait de trois équipes de trois personnes chacune. Il y a bien, en revanche, sept assaillants morts, selon ces déclarations.

22h29 : Du coup on parle de 3 équipes de 3 kamikazes et de 7 morts donc il enmanque 2 ...

22h21 : Nos confrères de France 2 ont reconstitué le déroulement des attaques d'hier soir.



(SOPHIE RODIER - FRANCE 2)

22h18 : Une édition spéciale d'"On n'est pas couché" est diffusée en ce moment sur France 2, exceptionnellement en direct. Vous pouvez bien sûr la suivre ici même.

22h05 : Selon les informations de France 2, la police est effectivement intervenue dans l'hôtel Pullman situé à côté de la tour Eiffel après que des détonations ont été entendues au deuxième étape. Après vérification, rien d'inquiétant n'aurait été découvert.

22h01 : Eurosport.fr a retrouvé Max, le speaker du stade de France qui a organisé l'évacuation des spectateurs du match France-Allemagne. Il raconte comment, en gardant un ton calme, il a permis d'éviter un mouvement de foule.

21h52 : @anonyme : Plusieurs comptes Twitter rapportent effectivement une forte présence policière du côté de l'hôtel Pullman situé avenue de Suffren, à côté de la tour Eiffel. Un journaliste de l'Express, qui a contacté les autorités, indique qu'il s'agit de simple vérification.

21h52 : Twitter s'enflamme à propos d'une attaque dans le 15e, des infos ?

21h44 : Voici une image de la tour Eiffel, plongée dans le noir ce soir pour rendre hommage aux victimes des attentats.





(ALAIN JOCARD / AFP)

21h36 : Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, Jean-Luc Mélenchon... Voici quelques-unes des réactions de dirigeants politiques après les attentats.



(FRANCE 2)

21h32 : Deux habitants de l'Orne qui assistaient au match France-Allemagne, hier au stade de France, témoignent sur le site de Ouest-France. Ils affirment qu'une fois revenus à Paris, certains particuliers profitaient de la pénurie de taxis pour proposer aux voyageurs de les raccompagner chez eux en échange d'une forte somme d'argent.

21h26 : @lion : C'est faux. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a qualifié aujourd'hui les attentats de Paris de "véritable crime contre l'humanité", appelant a une solidarité internationale contre "ces crimes terroristes", dans un message adressé à François Hollande.

21h26 : Il me semble que l'Algérie ne s'est pas manifestée pour nous adresser son soutien...

13h44 : La reine Elizabeth II se dit "profondément choquée et attristée" dans un message de condoléances adressé au président français François Hollande sur Twitter.

13h42 : @anonyme : Comme nous vous le disions un peu plus tôt, ces coups de feu à Bagnolet étaient une fausse alerte. France Bleu 107.1 apporte des précisions.

13h41 : Peut-être des coups de feu à Bagnolet ?

13h40 : Après avoir ouvert quelques heures ce matin, les grands magasins parisiens ont finalement décidé de fermer leurs portes en milieu de matinée.

13h37 : La mairie de Paris a décidé d'activer un numéro de téléphone, le 3975, pour répondre aux demandes d'informations administratives des familles de victimes.

13h35 : @maman : Le deuil national annoncé par le président pour une durée de trois jours est une décision exceptionnelle en France. C'est la sixième fois seulement qu'une telle mesure est décrétée sous la Ve République.

Durant le deuil national, les drapeaux sont mis en berne et hissés à mi-mât sur les édifices publics et les administrations peuvent être fermées.

Le dernier deuil national en France remonte au début de l'année, le 8 janvier. Mais il faut remonter au 14 septembre 2001, trois jours après les attentats du 11-Septembre, pour retrouver une mesure identique.


13h36 : En quoi consistent les 3 jours de deuil ? Que va-t-il se passer ?

13h32 : Après Gaumont-Pathé, les cinémas UGC et MK2 annoncent à leur tour la fermeture de leurs salles dans Paris.

13h29 : Vous étiez nombreux à vous plaindre ce matin de ne pas pouvoir voir depuis l'étranger l'émission spéciale de France 2. Le géoblocage du streaming est désormais supprimé.

13h27 : Matignon annonce qu'une minute de silence sera célébrée lundi à midi en hommage aux victimes des attentats. Les drapeaux sont mis en berne sur les bâtiments publics.

13h27 : L'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic a expliqué ce matin sur France 2 qu'un jihadiste auditionné dans son bureau avait déjà eu pour mission de s'attaquer à un concert de rock.

(FRANCE 2)

13h23 : TF1 affirme également sur Twitter qu'une chasse à l'homme est en cours dans les rues de Paris. Nous ne confirmons pas non plus cette information.

13h20 : Plusieurs personnes signalent également sur Twitter qu'une voiture a forcé un barrage de police dans les Yvelines et qu'un autre véhicule suspect a été repéré dans les Hauts-de-Seine, à Boulogne-Billancourt. Nous n'avons pas de confirmation de ces informations.

13h17 : Sur Twitter, des internautes faisaient état d'explosions et de coups de feu à Bagnolet, en banlieue parisienne. Ils signalaient aussi la présence d'un hélicoptère dans le ciel. Selon les informations de France 2, il s'agit d'une fausse alerte.

13h15 : Les six attaques terroristes quasi simultanées qui ont ensanglanté Paris hier soir sont "une sorte d'échantillon de ce que nous allons connaître dans le futur". Louis Caprioli, ancien responsable de la lutte antiterroriste à la DST, le dit dans un entretien à francetv info.



(MAXPPP)

13h12 : Une source policière de France 2 confirme qu'un passeport syrien a été retrouvé sur le corps d'un des terroristes.