Attentats de Paris : le projet de déchéance de nationalité abandonné ?

La déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour terrorisme ou actes portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, annoncée par le président Hollande, pourrait finalement ne pas être adoptée.

FRANCE 2

C'était une volonté de François Hollande au lendemain des attentats du 13 novembre : une réforme constitutionnelle qui prévoirait la déchéance de nationalité des binationaux nés français  condamnés pour terrorisme. Mais comme l'explique Jeff Wittenberg, en direct de l'Élysée, cette idée pourrait être abandonnée, "ou bien être remplacée par un simple projet d'indignité nationale qui serait symboliquement moins fort que la déchéance de nationalité".

Une idée qui gêne la gauche

La cause de ce revirement ? "C'est une mesure que n'a jamais portée la gauche, qui est aujourd'hui au pouvoir, et qu'a en revanche toujours présentée la droite, alors aujourd'hui, au Parti socialiste, cela crée pas mal de bouleversements. La gauche de la gauche n'en veut évidemment pas, et même certaines voix parmi les plus légitimistes, comme Bruno le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée, émet des réserves", rapporte le journaliste. Le conseil d'État a par ailleurs précisé que cette mesure aurait "une portée pratique limitée" contre le terrorisme.

Le JT
Les autres sujets du JT
François Hollande s\'exprime en marge d\'un sommet européen, le 17 décembre 2015, à Bruxelles (Belgique).
François Hollande s'exprime en marge d'un sommet européen, le 17 décembre 2015, à Bruxelles (Belgique). (ALAIN JOCARD / AFP)