DIRECT. Procès de Salah Abdeslam : le parquet belge requiert 20 ans de prison contre les deux prévenus, les débats reprendront jeudi

Seul membre vivant du commando de jihadistes qui a frappé Paris le 13 novembre 2015, il est jugé en Belgique pour sa participation à une fusillade avec des policiers à Forest, quelques jours avant la fin de sa cavale.

Salah Abdeslam, en veste blanche et de dos au premier rang, et son complice présume Sofiane Ayari, en gris et debout à sa droite, s\'assoient dans la salle d\'audience du palais de justice de Bruxelles au premier jour de leur procès, le 5 février 2018.
Salah Abdeslam, en veste blanche et de dos au premier rang, et son complice présume Sofiane Ayari, en gris et debout à sa droite, s'assoient dans la salle d'audience du palais de justice de Bruxelles au premier jour de leur procès, le 5 février 2018. (EMMANUEL DUNAND / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La peine maximale à l'encontre de Salah Abdeslam qui fait face à la justice pour la première fois. C'est ce qu'a requis lundi 5 février la procureure fédérale contre le seul membre encore vivant du groupe jihadiste qui a perpétré les attentats du 13-Novembre et contre son complice, Sofiane Ayari : 20 ans de prison, assorti d'une période de sûreté fixée aux deux tiers de la peine (13 ans). C'est le premier jour du procès de Salah Abdeslam pour sa participation présumée à une fusillade avec des policiers belges, le 15 mars 2016, trois jours avant son arrestation. Suivez-le en direct.

Abdeslam garde le silence. Le prévenu n'a pris la parole que pour exprimer son refus de répondre aux questions du tribunal. "C'est en mon Seigneur que je place ma confiance (...) Ce que je constate, c'est que les musulmans sont jugés et traités de la pire des manières", a-t-il lancé. L'autre prévenu, Sofiane Ayari, a répondu à certaines des questions.

 Un procès hautement sécurisé. Salah Abdeslam a quitté la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), où il est détenu depuis avril 2016, par un convoi de véhicules du GIGN, entre 3h30 et 4 heures du matin. Il doit séjourner à la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) pendant la durée du procès, et faire un aller-retour quotidien avec Bruxelles. Des mesures de sécurité importantes ont été prises dans le palais de justice de la capitale belge.

Le procès d'une fusillade avec la police. Le 15 mars 2016, lors d'une perquisition de routine à Forest, des enquêteurs français et belges avaient été surpris par des tirs. Trois policiers avaient été blessés. Un jihadiste, Mohamed Belkaïd, avait été tué en couvrant la fuite de Salah Abdeslam et de son complice Sofiane Ayari, qui sera jugé avec lui à Bruxelles, pour "tentative d'assassinat sur plusieurs policiers". "On ne parlera pas des attentats de Paris ni de Bruxelles", a prévenu le président du tribunal, lundi.

Un procès qui devait se tenir en décembre 2017. L'audience avait été reportée pour laisser le temps à Sven Mary, tout juste rappelé comme avocat de Salah Abdeslam, de prendre connaissance du dossier. Ce pénaliste belge avait dans un premier temps renoncé à défendre le terroriste, convaincu qu'il ne collaborerait pas avec la justice.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ABDESLAM

22h56 : Voici les contenus qu'il ne fallait pas rater sur notre site aujourd'hui :

Notre récit des quatre jours qui ont permis l'arrestation du terroriste.

Notre carte des prénoms les plus donnés, département par département.

Notre article qui explique pourquoi les étoiles du guide Michelin ne font plus recette chez certains chefs.

16h44 : L'audience est levée à Bruxelles, où Sofiane Ayari et Salah Abdeslam sont accusés d'avoir tiré sur des policiers en mars 2016. Les débats reprendront jeudi.

16h41 : @Eric : Un élément supplémentaire à prendre un compte : l'article 82 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne sacralise "le principe de reconnaissance mutuelle des jugements et décisions judiciaires" entre les Etats membres. Mais nous gardons votre question de côté, et tâcherons de contacter un spécialiste pour y répondre.

16h41 : Bonjour ! Je ne suis pas spécialiste de droit pénal international, il m'est donc difficile de répondre à votre excellente question. Une certitude : Salah Abdeslam sera jugé en France pour les attentats du 13-Novembre, un procès autrement plus lourd que celui d'aujourd'hui et dont la date n'a pas encore été fixée.

16h40 : Bonjour ! Si Abdeslam était condamné à 20 ans par la Belgique puis à une autre peine par la France, ces peines d'effectueraient-elles de manière successives ou en parallèle (C'est à dire que la plus longue couvrirait toutes les autres) ?merci !

16h28 : Les bureaux du parquet fédéral belge, situés à côté du palais de justice de Bruxelles, ont été évacués en raison d'une forte odeur de gaz, rapportent nos confrères du Soir. Selon un porte-parole, l'incident n'a aucun lien "à première vue" avec le procès en cours de Salah Abdeslam.

15h53 : Votre opinion vous appartient, chers lecteurs, mais il convient de rappeler quelques éléments. D'abord, le procès de Salah Abdeslam d'aujourd'hui ne concerne ni les attentats de Paris, ni ceux de Bruxelles, mais la fusillade survenue contre des policiers en mars 2016. La justice n'en a donc pas fini avec lui. Par ailleurs, il s'agit là de la peine maximale prévue par le droit belge pour tentative d'assassinat contre des policiers. Enfin, il ne s'agit que d'une réquisition, et pas d'une condamnation définitive, qui doit être prononcée par le juge.

15h51 : 20 ans ? c'est un cadeau pour les actes qu'il a commis d'autant qu'avec les 2/3 il sortirait en 2031 il aura 41 ans et il pourrait recommencer à tuer.

15h51 : C'est la perpetuitė qu'il mérite ! Avec le nombre de morts qu'il y a eu, il doit le payer, il ne faut pas déconner (...).

15h30 : Le parquet belge requiert la peine maximale de 20 ans de prison à l'encontre de Salah Abdeslam et Sofiane Ayari, avec une période de sûreté fixée aux deux-tiers de la peine.

15h03 : Retour à Bruxelles, où la procureure Kathleen Grosjean évoque le fond du dossier lors du procès de Salah Abdeslam, jugé pour une fusillade avec des policiers à la fin de sa cavale en mars 2016.

14h05 : L'audience a repris depuis une vingtaine de minutes au procès de Salah Abdeslam à Bruxelles. Pour l'instant, des points de procédure assez obscurs occupent les débats, selon les journalistes sur place.

12h34 : L'audience est suspendue à Bruxelles, où Salah Abdeslam est jugé pour sa participation à une fusillade avec les forces de l'ordre, à Forest (Belgique), trois jours avant son arrestation. Elle devrait reprendre d'ici une heure environ, explique notre envoyée spéciale Catherine Fournier.

11h43 : "Arrêtez d'en faire une star", demande Gérard Chemla, avocat d'une centaine de victimes des attentats du 13-Novembre, au micro de franceinfo. Pour cet avocat, Salah Abdeslam "vient se présenter aujourd'hui comme une victime de la justice, qui explique qu'il est maltraité et que, dans ces conditions-là, il va se taire".

11h12 : "Mon silence ne fait pas de moi un criminel, c'est ma défense."

Salah Abdeslam justifie ainsi son silence devant la justice, alors qu'il est jugé pour sa participation à une fusillade avec des policiers, à Forest (Belgique).

11h10 : Quand la présidente de la cour tente de débuter l'interrogatoire de Salah Abdeslam, celui-ci refuse de se lever. "Je suis fatigué", explique-t-il.

11h09 : Au procès de Salah Abdeslam, son coprévenu Sofien Ayari accepte de répondre aux questions de la présidente de la cour.

10h15 : @anonyme Le silence de Salah Abdeslam n'empêche pas le procès de se tenir. Mais le procès, qui doit durer jusqu'à vendredi, pourrait être écourté.

10h11 : Abdeslam refuse de parler, le procès peut-il continuer avec un accusé muet ? Merci

09h21 : Pendant ce temps, à Molenbeek, la commune de Bruxelles où Salah Abdeslam a grandi, tente d'oublier et de "passer à autre chose". Lisez et écoutez notre reportage.




(MAXPPP)

09h19 : Salah Abdeslam "refuse de répondre", selon les journalistes de franceinfo présentes au procès.

09h10 : L'audience est suspendue. La cour doit décider si une association de victimes des attentats belges du 22 mars peut se constituer partie civile dans ce procès, qui ne porte pas sur ces attaques.