Saint-Ouen : une deuxième enquête ouverte sur une unité de police soupçonnée de violences

Après avoir saisi l'IGPN pour des violences présumées lors de l'arrestation d'un homme de 20 ans vendredi à Saint-Ouen, il ouvre une deuxième enquête pour des violences policières présumées sur deux jeunes dans un hall d'immeuble, le même jour.

Un policier de dos, à Montpellier le 25 octobre 2018 (image d\'illustration).
Un policier de dos, à Montpellier le 25 octobre 2018 (image d'illustration). (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny pour des violences présumées commises vendredi 9 août par des policiers à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis, a appris franceinfo lundi. Les faits se seraient produits dans la soirée dans le secteur de l'avenue Michelet. Deux témoins affirment que des policiers de la Compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) de Seine-Saint-Denis ont amené deux jeunes dans un hall d'immeuble pour les frapper. L'un d'eux est le frère des témoins, l'autre n'a pas été identifié.

Parallèlement, un policier de la CSI a déposé plainte pour violences volontaires de la part de ces deux jeunes qui auraient été conduits à l'hôpital après cet épisode et qui en seraient ressortis avant d'avoir été soignés. Lundi 12 août, les deux jeunes ne s'étaient pas encore présentés pour être entendus dans le cadre de cette enquête confiée au commissariat de Saint-Ouen.

L'IGPN saisie dans une première affaire

Les fonctionnaires de police mis en cause appartiennent à l'unité qui fait déjà l'objet d'une enquête pour des violences présumées commises lors d'une interpellation qui avait eu lieu quelques heures plus tôt vendredi, toujours à Saint-Ouen. Le parquet de Bobigny a saisi l'IGPN, la police des polices, pour ces violences présumées lors de l'arrestation, filmée par un témoin, d'un jeune homme de 20 ans.