Mort d'un supporter du FC Nantes : un chauffeur de VTC évoque un "guet-apens" mené par "300 individus cagoulés"

David Tan, porte-parole des VTC nantais, dénonce le retour du "hooliganisme pur" où il "n'y a plus de de valeurs, plus la limite" : "Pourquoi venir à 300 s’acharner sur des véhicules VTC ?"
Article rédigé par France Info - avec France Bleu Loire Océan
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Des supporters du FN Nantes lors du match contre l'OGC Nice, le 2 décembre 2023. (LOIC VENANCE / AFP)

"Au moment d’arriver, il y a eu une horde d’individus cagoulés", de "300 hooligans", raconte ce lundi David Tan, porte-parole des VTC nantais, au micro de France Bleu Loire Océan. Il faisait partie des véhicules attaqués par des supporters de la Brigade Loire, samedi soir près de la Beaujoire. 

Un convoi de VTC transportant des Niçois a été pris dans une bagarre provoquée par plusieurs dizaines de Nantais, environ une heure avant le début du match, près du stade de la Beaujoire. Maxime, 31 ans, membre de la Brigade Loire, a été mortellement agressé. "Les toutes premières investigations médico-légales montrent que la victime présente une blessure dans le dos, pouvant correspondre à une arme blanche", a précisé le procureur de Nantes.

Selon David Tan, une "horde de 300 supporters nantais cagoulés, en noir et cagoules jaune et vert" ont pris "à partie mon véhicule, ils commencent à taper dessus, à vouloir ouvrir les portières, agresser les jeunes car ils ont reconnu que c’était des Niçois". Le chauffeur décrit un véritable "guet-apens", "puisqu’à l’endroit où ils étaient, je ne sais pas d’où ils sont sortis. Ils étaient déjà sur la route, en train de marcher vers nous. Ils sont arrivés en essaim d’abeilles".

"Ils étaient derrière, ils ont tapé d’autres collègues VTC, moi j’avançais, j’avançais, et on va se réfugier auprès de la police. Les autres étaient pris en embuscade"

David Tan

sur France Bleu Loire Océan

Le représentant des chauffeurs VTC à Nantes décrit "une horde de hooligans, donc c’est du hooliganisme pur, qui revient sur le territoire français, déplore-t-il. Y a plus de de valeurs, y a plus la limite. Soit l’Etat français remet des règles strictes, parce que dans 200 jours, ce sont les Jeux olympiques et je me dis que ça va être une catastrophe, le chaos total parce qu’on n’a pas les moyens d’assurer la protection des gens", prévient-il. Et il conclut, encore incrédule : "Pourquoi venir à 300 s’acharner sur des véhicules VTC ? C’est un outil de travail".

"Personne ne doit trouver la mort en allant voir un match de foot"

L'enquête pour homicide volontaire, ouverte par le parquet de Nantes, se poursuit. Des auditions des supporters de la Brigade Loire ont eu lieu ce dimanche selon France Bleu Loire Océan. Le procureur de Nantes doit organiser une conférence de presse lundi 4 décembre.

Un chauffeur qui était dans le convoi de plusieurs véhicules qui emmenait 30 supporters niçois "s'est rendu à l'hôtel de police de Nantes à 4h30", dans la nuit de samedi à dimanche, et "a été placé en garde à vue du chef notamment d'homicide volontaire", indique Renaud Gaudeul, le procureur de Nantes. Le chauffeur de VTC de 35 ans est toujours en garde à vue. Les circonstances de la mort du supporter restent à éclaircir.

Des gerbes de fleurs ont été déposées dimanche après-midi au bord de la route, sur le lieu du drame. Une fresque "Max pour toujours" a aussi été peinte. "Cela est impensable, cela est inimaginable", a réagi Johanna Rolland, la maire de Nantes. "Personne ne doit trouver la mort en allant voir un match de foot". "Une grande douleur" écrit même sur X (ex-Twitter), la ministre des Sports, Amélie Oudéa Castera. "On ne peut pas continuer comme ça dans le football", s'est-elle également insurgée ce lundi sur France Inter.

Le club du FC Nantes adresse lui "ses condoléances" dans un communiqué. Plusieurs joueurs ont aussi posté un hommage à leur supporter de la Brigade Loire. La Ligue de football professionnel a également tenu à réagir après le drame.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.